“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Tableaux de Rybolovlev: la justice américaine s'intéresse à Yves Bouvier

Mis à jour le 25/03/2016 à 05:12 Publié le 25/03/2016 à 05:12
Des procureurs américains cherchent à vérifier les accusations de Dmitry Rybolovlev à l'encontre d'Yves Bouvier.

Des procureurs américains cherchent à vérifier les accusations de Dmitry Rybolovlev à l'encontre d'Yves Bouvier. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Tableaux de Rybolovlev: la justice américaine s'intéresse à Yves Bouvier

Des procureurs américains ont ouvert une enquête contre Yves Bouvier, le marchand d'art visé par une plainte de Dmitry Rybolovlev, déposée en janvier 2015.

C'est le site Bloomberg Business qui l'affirme.

L'homme d'affaires suisse, qui s'est spécialisé dans les ports francs, ces lieux de stockage notamment d'œuvres d'art, est accusé d'escroquerie et de blanchiment.

En une dizaine d'années, le patron de l'AS Monaco a déboursé quelque 1,8 milliard d'euros pour acquérir 37 œuvres de maîtres (Van Gogh, Gauguin, Modigliani, Rothko…).

Facture grossie ?

Il estime aujourd'hui que la facture aurait été grossie d'environ 800 millions d'euros par Yves Bouvier. Ce que conteste formellement l'intéressé, notamment dans nos colonnes (Monaco-Matin du 18 décembre 2015).

L'affaire est désormais entre les mains de la justice européenne. Toutefois, elle intéresse aujourd'hui des procureurs américains qui entendent vérifier les allégations de Dmitry Rybolovlev, mais aussi d'autres clients d'Yves Bouvier.

Née à Monaco, cette affaire pourrait bien prendre une ampleur inattendue. Encore un rebondissement dans un dossier qui n'en manque pas.

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.