Surpris en plein cambriolage à Antibes, il propose 50.000 euros aux policiers contre sa liberté

Vendredi 13 janvier dernier, deux cambrioleurs ont été pris en flagrant délit, dans une villa à Antibes. Lorsque la police est arrivée sur place, ils étaient en train de s’emparer d’un coffre-fort.

Article réservé aux abonnés
E. M. emoulin@nicematin.fr Publié le 17/01/2023 à 19:45, mis à jour le 17/01/2023 à 19:39
Les deux individus récidivistes ont été écroués en attendant leur procès. (Photo illustration N.-M.)

Vendredi 13 ne leur a pas porté chance.

Ce jour-là, à 21h30, la police reçoit l’appel d’une personne: une alarme s’est déclenchée dans sa villa, située au chemin des Sables à Antibes. En visionnant ses caméras de surveillance, l’habitant voit deux hommes encagoulés dans sa demeure.

Une patrouille de la brigade anticriminalité (BAC) est envoyée sur place, renforcée par un équipage de la police nationale.

Quand les policiers entrent dans la villa, tout est en bazar. Les tiroirs ont été fouillés, des objets sont au sol. Selon eux, en entrant dans une pièce, les fonctionnaires se retrouvent nez à nez avec les deux individus en train de s’emparer d’un petit coffre-fort.

Muni de gants, l’un lève les bras. De la cocaïne est retrouvée sur lui - il se défend en disant qu’il l’a trouvée sur place.

Son complice se rebelle et propose 50.000 euros aux agents contre sa liberté, les menaçant de les retrouver chez eux.

Alors que les forces de l’ordre procèdent à son interpellation, ce dernier dit être en proie à un malaise. Transporté à l’hôpital d’Antibes, il essayera par la suite de s’enfuir… sans succès.

Âgés de 26 et 28 ans, les deux cambrioleurs auraient reconnu les faits. Connus des services depuis une dizaine d’années pour des faits similaires, ils ont été placés en détention en attendant leur procès.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.