Rubriques




Se connecter à

Souleyman Kerimov dit le "Gatsby russe" cumule les frasques sur la Côte d'Azur

Les frasques de Souleyman Kerimov lui ont valu d’être surnommé le "Gatsby russe".

Eric Galliano Publié le 02/08/2022 à 08:22, mis à jour le 02/08/2022 à 10:31
Souleyman Kerimov avait eu un grave accident sur la promenade des Anglais en 2009 au volant d’une Ferrari Enzo. Photo Franck Fernandes

C’est au printemps 2009, au volant d’une Ferrari Enzo de 660 chevaux, que l’oligarque défraie pour la première fois la chronique azuréenne.

Souleyman Kerimov a soufflé ses 40 bougies quelques jours plus tôt. Il se murmure qu’à cette occasion le milliardaire aurait déboursé la bagatelle de 2 millions de dollars pour convaincre Christina Aguilera et Shakira de venir pousser la chansonnette à Moscou.

En cette fin avril 2009, c’est lui qui a pris l’avion. Son jet privé à peine posé sur le tarmac niçois, Kerimov grimpe à bord d’un bolide noir. Une célèbre présentatrice russe a pris place côté passager. L’escapade azuréenne va virer au drame. La Ferrari finit contre un des palmiers de la promenade des Anglais.

L’Amadea et l’œuf de Fabergé saisis par le FBI

Kerimov, grièvement brûlé, en gardera des séquelles. Cet accident continuera même de le poursuivre 10 ans plus tard, lorsque la justice niçoise en viendra à s’intéresser cette fois à l’acquisition d’une somptueuse propriété du cap d’Antibes.

 

Officiellement, c’est le nom d’un mandataire suisse, Alexander Studhalter, qui apparaît sur les papiers de vente de la villa Hier. Le même que celui qui figurait déjà sur la carte grise de la Ferrari Enzo.

Dans les affaires, le Gatsby russe semble se montrer beaucoup plus discret. Son nom à lui n’apparaît jamais. Pas plus sur les actes de propriété de ses supposées villas au cap d’Antibes que sur les documents de bord de l’Amadea.

Ces dernières semaines, le Trésor américain a dû batailler devant la justice fidjienne pour saisir ce yacht de 300 millions de dollars également suspecté d’appartenir à Kerimov. Tout comme l’œuf de Fabergé qui se trouvait à son bord, mais dont l’authenticité et l’origine n’ont toujours pas pu être authentifiées.

Les prête-noms suisses du sénateur russe

Souleyman Kerimov serait passé maître dans l’art de la dissimulation. Les "Panama Papers" ont permis de révéler une myriade de sociétés offshore, potentiellement liées à ce sénateur russe.

 

Il est suspecté d’avoir réalisé au travers de ce montage opaque de colossaux transferts de fonds. Le consortium international de journalistes qui a épluché les données issues de cette fuite massive de documents a identifié une douzaine de virements électroniques en l’espace de 2 ans, pour un montant global de 700 millions de dollars!

Si ce n’est que, là encore, le "Gatsby russe" n’apparaît pas directement sur les bordereaux de virement. C’est un tatoueur suisse, une esthéticienne du même canton, ou encore un simple employé de bureau qui ont validé les transferts de fonds.

Pour le compte de ces sociétés exotiques dont le bénéficiaire semble étonnamment être à chaque fois le fameux mandataire suisse qui apparaissait déjà sur la carte grise de la Ferrari Enzo au volant de laquelle Kerimov s’est crashé sur la Prom’.

L’Amadea, le yacht de 300 millions de dollars, est suspecté d’appartenir à Souleyman Kerimov. Le Trésor américain a dû batailler pour s’en saisir. Photo AFP.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.