“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Solar Impulse en vol pour Hawai: "Le moment de vérité"

Mis à jour le 30/06/2015 à 08:28 Publié le 30/06/2015 à 08:15
C'est au centre de contrôle basé à Monaco que toutes les décisions se prennent.

C'est au centre de contrôle basé à Monaco que toutes les décisions se prennent. Cyril Dodegrny

Solar Impulse en vol pour Hawai: "Le moment de vérité"

Dimanche soir, l'avion solaire qui a entamé un tour du monde a décollé pour un vol de cinq jours et cinq nuits sans escale, après de nombreuses difficultés. L'instigateur du projet Bertrand Piccard raconte.

Dimanche soir, l'avion solaire qui a entamé un tour du monde a décollé pour un vol de cinq jours et cinq nuits sans escale, après de nombreuses difficultés. L'instigateur du projet Bertrand Piccard raconte.

Ce vol, toute l'équipe de Solar Impulse l'attendait depuis un mois. Après un faux départ de Chine et un stop inattendu à Nagoya au Japon le 31 juin dernier, l'avion engagé dans un tour du monde à la seule énergie solaire, était bloqué et jouait de malchance.

>> RELIRE.

L'horloge météorologique tournait elle aussi en leur défaveur et l'aventure aurait pu s'arrêter. «Si on n'arrive pas à partir avant le 5 août de New York, on pourra seulement retenter l'exploit dans un an» nous confiait, le 24 juin dernier, Bertrand Piccard, le président et instigateur de ce projet fou.

Mais depuis dimanche soir, la chance sourit enfin à Solar Impulse qui a pu prendre son envol, après une prise de risque qui semble payer jusqu'à maintenant.

Aux commandes, André Borschberg, le deuxième pilote, qui se relaie depuis le début avec Bertrand Piccard. Ce dernier assure, avec une trentaine de techniciens, scientifiques et météorologues, la logistique depuis le centre de contrôle installé à Monaco.

C'est là, entre fatigue et émotion, qu'il a octroyé un moment à Nice-Matin. Dès demain, mercredi, il rejoindra le petit aéroport de Pearl Harbor, à Honolulu, pour accueillir son ami qui devrait atterrir, vendredi, vers 20 heures.

Ça y est, l'aventure est repartie...

On y est ! C'est un soulagement mais ça ne s'est pas fait tout seul. Jusqu'à présent, on a évolué en territoire connu. Là, c'est 5 jours et 5 nuits d'océan. C'était impressionnant pour l'équipe technique qui, en plus, a eu des problèmes en vols avec le pilotage automatique. Pendant 10 heures c'était compliqué et pas gagné d'avance.

Comment se porte le pilote André Borschberg?

Il y a eu tellement de décisions à prendre pendant les dix premières heures de vol, qu'il n'a pas eu le temps de se reposer. Il était fatigué mais très motivé. Là, on a pris notre rythme de croisière (hier, en fin d'après-midi, ndlr). On réveille André toutes les 20 minutes pour qu'il vérifie les réglages et il se rendort. On fait ça le plus longtemps possible pour rattraper sa dette de sommeil. C'est un ancien pilote de chasse, beaucoup plus expérimenté que moi. C'est très bien que ce soit lui sur ce vol-là, où le pilotage a de l'importance.


Retrouvez l'intégralité de l'interview ce mardi dans Nice-Matin

Bertrand Piccard était optimiste hier.
Solar Impulse en vol pour Hawai : « Le momen - 29734499.jpg

à partir de 1 €


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct