“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Singapour et Monaco: une histoire d'amour automobile

Mis à jour le 12/11/2014 à 08:24 Publié le 12/11/2014 à 07:32
Ruchdi Hajjar et Michel Dotta, respectivement directeur général et président de la commission « Médias » de l'ACM, devant les tribunes du circuit du Grand Prix de Singapour.
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Singapour et Monaco: une histoire d'amour automobile

L’Automobile club de Monaco et la Direction du tourisme et des congrès était du voyage à Singapour avec la CDE. Deux institutions aux allures de VRP de Monaco

L’Automobile club de Monaco et la Direction du tourisme et des congrès était du voyage à Singapour avec la CDE. Deux institutions aux allures de VRP de Monaco

Difficile pour Ruchdi Hajjar de ne pas faire partie de la délégation. Le directeur général de l'Automobile club de Monaco ne pouvait pas faire l'impasse sur la mission économique menée à Singapour par la CDE. Et pas seulement parce que son fils vit dans ce petit pays d'Asie du Sud-Est.

Les liens sont forts, en effet, entre l'ACM et son homologue locale, la Singapore motors association (SMA). « Depuis très longtemps, le président Boeri et moi-même, en tant que membres de la FIA, nous avons lié des liens d'amitié avec le président de la SMA,explique Ruchdi Hajjar. Bien avant, d'ailleurs, que le Grand Prix de Singapour ne voie le jour. »

« Ils avaient besoin d'apprendre »

En 2006, une délégation singapourienne vient à Monaco pour visiter les infrastructures du Grand Prix, observer son déroulement. C'est alors le seul à se dérouler en ville. Une autre revient l'année suivante. Cette fois-ci, avec deux ministres (Transports et du Tourisme), des responsables de la sécurité et de la police de Singapour.

« Ils avaient besoin d'apprendre, de recueillir un maximum d'informations sur la manière d'organiser un Grand Prix urbain. » Une troisième visite aura lieu en mai 2008, juste avant le premier Grand Prix de Singapour, en septembre de cette année-là.

Durant ces trois années, l'ACM a dégagé une équipe chargée de tout montrer aux Singapouriens. Les installations, le montage du circuit, les conditions de sécurité, la direction de course, l'accueil du public et des VIP...

Tout le savoir-faire de l'ACM, en somme. La SMA s'est largement inspirée de l'expérience monégasque en matière de sécurité, le point essentiel, mais aussi de gestion des flux de spectateurs.

À cet égard, Singapour a conçu un système de circulation en souterrain. « Ils ont utilisé notre savoir-faire aérien en souterrain», résume le directeur général de l'ACM.

« Nous ne sommes pas exportables »

Aujourd'hui, le Grand Prix de Singapour est bien rodé. Grâce à l'expertise offerte par l'ACM.

Gratuitement. Pourquoi ? « Pour le bien du sport automobile et pour l'image de la Principauté », répond Ruchdi Hajjar. Pour que l'on sache que le Grand Prix de Singapour s'est inspiré du Grand Prix de Monaco. Les médias, à l'époque, ont largement relayé le message. Michel Dotta, le président de la commission « Médias Grand Prix et Rallye », se souvient encore du titre d'un journal de Singapour : « On veut devenir le Monaco de l'Asie. » Lors de la retransmission du premier Grand Prix de Singapour, toutes les télés avaient également salué l'aide monégasque.

Depuis, l'ACM a reçu de nombreuses sollicitations de villes candidates à l'organisation d'un Grand Prix.

La dernière date de cet été. Bakou, la capitale de l'Azerbaïdjan, a sollicité l'ACM. « Nous avons refusé parce qu'ils souhaitaient que l'on envoie nos commissaires sur place,indique Michel Dotta.Ce n'est pas notre vocation. Nous sommes d'accord pour livrer notre expertise, mais à Monaco. Nous ne sommes pas exportables. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.