“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Saisie record d'objets en ivoire dans le centre Var

Mis à jour le 23/05/2014 à 09:00 Publié le 23/05/2014 à 07:14
Une perquisition menée au domicile d'un couple de septuagénaires du centre Var s'est soldée par la saisie de 280 objets en ivoire. Une prise record pour les policiers de l'environnement estimée à 30 000 euros.

Une perquisition menée au domicile d'un couple de septuagénaires du centre Var s'est soldée par la saisie de 280 objets en ivoire. Une prise record pour les policiers de l'environnement estimée à 30 000 euros. Christophe Chavignaud

Saisie record d'objets en ivoire dans le centre Var

Une perquisition de six heures a permis aux agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage de mettre la main sur 280 pièces chez des retraités

Une perquisition de six heures a permis aux agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage de mettre la main sur 280 pièces exposées chez un couple de septuagénaires

Des lampes, des colliers, des statuettes sculptées et même des répliques coquines inspirées du kamasutra… La passion pour l'ivoire d'un couple de retraités du centre Var n'avait semble-t-il aucune limite.

C'est ce que viennent de découvrir les fonctionnaires varois de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONFCS) lors d'une perquisition au domicile des septuagénaires en début de semaine.

Achats réguliers sur Internet

Un signalement de la brigade spécialisée dans le trafic international d'espèces, basée à Chambord, leur a permis de mettre la main sur une panoplie conséquente d'objets en ivoire. « On pensait y aller pour deux objets dans le cadre d'une autre affaire », divulgue Daniel Mathieu, chef de service départemental.

« On est reparti au bout de six heures de perquisition avec pas moins de 280 pièces ». Les mis en cause, véritables passionnés de l'art africain, ont acquis la plupart de ces objets sur Internet. « La majeure partie du trafic se joue sur la toile », ajoute l'un des agents.

« Certains provenaient de salle d'enchères, brocantes et autres circuits d'initiés ». D'après les agents, trônaient dans chaque pièce de la maison à deux étages, une multitude d'objets.

Une grande vitrine dans le salon accueillait notamment les plus belles sculptures gravées dans des défenses d'éléphants.

Une collection estimée à 30.000 euros

Convoqués prochainement pour une audition au sein des locaux dracénois de l'ONCFS, les deux collectionneurs devront justifier de la provenance de ces objets. « À noter que lors d'un délit, la prescription étant de trois ans, nous n'avons pas pu saisir ceux acquis avant cette date ».

Charge ensuite au parquet de Draguignan d'engager des poursuites à l'encontre des acheteurs. Qui encourent une peine allant jusqu'à un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende pour cette saisie record. Dont la valeur reste pour le moment difficile à chiffrer. « On sait que tous les objets sont véritables. Mais le prix de vente de chacun est dur à déterminer. On table sur un butin de 30 000 euros environ», estime le chef de service.

Rapatriement dans un musée ou destruction ? On ne connaît encore pas la destination finale des objets. Véritable prise d'exception pour les agents de la Police de l'environnement.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.