Refus d’obtempérer à Mougins: "les gendarmes ont fait preuve d’un incroyable sang-froid", témoigne un riverain

Une scène d’action bien réelle s’est jouée dans une discrète impasse qui borde la pénétrante Cannes-Grasse, ce samedi 8 octobre. Acculé, le conducteur d’un pick-up volé a foncé sur les gendarmes. Ces derniers ont ouvert le feu, sans faire de blessé. Un riverain témoigne

Article réservé aux abonnés
Alexandre Carini Publié le 10/10/2022 à 08:15, mis à jour le 10/10/2022 à 09:36
Illustration. Photo Franz Chavaroche

Sur le chemin du château de Currault à Mougins, ils étaient quelques rares promeneurs à profiter d’une interruption de la pluie pour sortir le chien, dimanche après-midi.

"Ici, d’habitude, il ne se passe absolument rien", témoigne un habitant de ce quartier résidentiel, parallèle à la pénétrante Grasse-Cannes dont le tumulte parvient à peine, étouffé de ce côté-ci du mur antibruit. 

Trois coups de feu tirés 

Et pourtant, c’est bien là, quasiment au bout de cette impasse bouclée par une roseraie, que l’interpellation mouvementée d’un fuyard à bord d’un pick-up volé a conduit les gendarmes à faire feu.

Avec ses trois doigts, un riverain témoigne du nombre de coups tirés par les forces de l’ordre, alors que le véhicule du fuyard avait rebroussé chemin et fonçait délibérément sur celui de la gendarmerie.

Sinon les gendarmes l’auraient tué, et c’est encore eux qui auraient eu des ennuis

 

 

 

"Les gendarmes ont fait preuve d’un incroyable sang-froid. Apparemment, ils ont retrouvé une sorte de pistolet à grenaille dans le pick-up. Heureusement que le voleur ne l’a pas pointé, sinon les gendarmes l’auraient tué, et c’est encore eux qui auraient eu des ennuis, souligne encore celui qui estime que "notre société marche vraiment sur la tête. Ce jeune n’a même pas eu conscience du danger. Il y a des enfants ici, un samedi en début d’après-midi, il aurait pu mettre d’autres vies en péril."

Le 7 septembre dernier, à Nice, un refus d’obtempérer avait viré au drame, le tir d’un policier s’étant avéré fatal pour le conducteur.

Le fuyard a été interpellé 

Ce dimanche à Mougins, Les forces de l’ordre ont pu interpeller le fuyard, "un jeune d’une vingtaine d’années qu’ils ont menotté. Il n’était pas blessé mais le pick-up blanc était défoncé", indique le riverain de ce havre de paix, investi par les uniformes. "Ils étaient nombreux, avec des techniciens pour relever des empreintes. Tout le chemin a été bouclé jusqu’au départ de la dépanneuse pour enlever le véhicule volé vers 20h", rapporte encore le témoin.

Les douilles ont été ramassées, et sur place, et il ne reste aucune trace de ces événements. Le chemin du château de Currault a été rendu à ses habitants, ils peuvent à nouveau sortir leur chien.

Coincé au bout du chemin, le fuyard a dû faire demi-tour avant d’être interpellé par les gendarmes.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.