Rubriques




Se connecter à

Qui était Marc Floris, le fugitif retrouvé mort à Gréolières après le meurtre de Doriane dans le Var?

Inconnu de la justice, cet "enfant du pays" a été retrouvé mort ce mardi à la mi-journée à Gréolières, dans un secteur escarpé et boisé où il avait pris la fuite et que les gendarmes avaient bouclé.

La rédaction (avec B. G.) Publié le 20/07/2021 à 15:00, mis à jour le 21/07/2021 à 14:11
Marc Floris, 33 ans. Photo DR

Les opérations de recherches sont terminées à Gréolières. Un corps correspondant au signalement de Marc Floris, 33 ans, a été retrouvé par les gendarmes ce mardi à la mi-journée. 

L'homme était activement recherché depuis dimanche matin. Grâce à des images de vidéosurveillance, il avait été identifié quelques heures après le meurtre par balles de Doriane Ragon, dont il était le principal suspect. Le corps de cette mère de famille âgée de 32 ans avait été retrouvé au Plan-de-la-Tour (Var), devant la résidence où elle vivait avec sa fille âgée d'une dizaine d'années. 

Un "enfant du pays", "fils de bonne famille"

Marc Floris était bien connu à Gréolières, où il a grandi et vivait encore. Né à Nice en 1988, cet homme brun et longiligne travaillait dans le domaine des travaux publics. Il avait même un temps travaillé pour la commune du Plan-de-la-Tour, où il a commis son forfait: "Il a bossé [sur le chantier de réfection de] la piste des Martin, sur 2,5 km. C’est le jeune qui conduisait la niveleuse", se souvient le maire Laurent Giubergia.

Chasseur et fils de chasseur, il savait manier les armes et connaissait parfaitement le secteur dans lequel il se cachait depuis dimanche soir, lorsqu'il avait pris la fuite dans la forêt après avoir fait feu sur un gendarme venu l'interpeller dans la demeure familiale, située entre les villages de Gréolières et d'Andon. 

 

Lundi, le maire de Gréolières Marc Malfatto décrivait un jeune homme, fils unique, issu d'une "famille honorable. Serviable, travailleur, reconnu dans son activité professionnelle, il a toutes les caractéristiques du fils de bonne famille." Ce mardi matin encore, il l'appelait à se rendre: "S'il pouvait nous entendre, je souhaiterais simplement lui dire: reviens à la raison et rentre à la maison. Tes parents sont désespérés. Il faut retrouver la raison et affronter ces réalités dures de la vie avec courage." 

Un garçon "renfermé"

L'affaire avait suscité un grand étonnement à Gréolières, où des habitants qui connaissaient les parents de Marc Floris décrivaient "un garçon plutôt réservé, solitaire, renfermé". "On ne le voyait pas beaucoup au village", corroborait un autre Gréolois.

Selon le procureur-adjoint de la République de Draguignan, Guy Bouchet, il était inconnu de la justice et "entretenait ou a entretenu des relations avec la victime sur une courte période de temps". Plusieurs sources évoquent une relation basée sur une forme de harcèlement et même un "chantage au suicide". Les proches de la victime évoquent une relation toxique:  "Ils étaient proches mais elle ne voulait pas s’engager plus, confie l'une de ses meilleures amies. Durant les quelques mois de leur relation, il lui avait posté des dizaines et des dizaines de messages, à la frontière du harcèlement pour elle. Mais ce n’est que dernièrement qu’elle a commencé à s’inquiéter."

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.