Qui était Cédric Piozzi, retrouvé mort dans une cage d’ascenseur à Nice?

La victime venait de fêter ses 47 ans. Son corps a été découvert le 2 novembre dernier au coeur de sa pension de famille du boulevard François-Grosso.

Article réservé aux abonnés
Grégory Leclerc Publié le 07/12/2022 à 21:00, mis à jour le 07/12/2022 à 21:35
Cédric Piozzi avait 47 ans. Photo DR

La veille de sa mort, Cédric Piozzi fêtait ses 47 ans. Ce Niçois de l’Ariane était un homme de forte stature, costaud. "Mais il s’était mis au régime", témoigne Valérie, sa meilleure amie, avec laquelle il a eu une brève liaison de six mois. "Il voulait me plaire", sourit-elle.

Placé sous curatelle, Cédric Piozzi résidait depuis cinq ans dans la pension de famille Astoria du boulevard François-Grosso. Il occupait une petite piaule de deux pièces, au 5e étage. Un de ses tableaux, réalisé avec les résidents, est affiché sur un des paliers face à la cage d’ascenseur où il a mortellement chuté de 14mètres. Rouge uni, ce tableau comporte la mention "sunshine" en lettres d’or.

Fumeur, Cédric passait du temps sur la terrasse collective au rez-de-chaussée. Il appréciait aller nager sur la Prom’ toute proche. Il a connu, selon sa sœur, une enfance très difficile. "Il a été victime de violences de son père. Nous avons été placés en foyer, très jeunes. Cédric a été en détresse d’amour et d’affection. Mon frère était resté enfant, il fallait quelqu’un pour s’occuper de lui", témoigne sa sœur, Nancy G.

Après avoir fréquenté le collège Maurice-Jaubert de l’Ariane, Cédric Piozzi s’était lancé dans un CAP d’horticulture à Fontainebleau. Puis il était devenu serveur, passant notamment par le Negresco ou un établissement du cours Saleya.

"Il n'avait pas d'ennemi"

Il avait ensuite travaillé dans l’aide à domicile où il s’occupait de personnes âgées. Il avait eu un enfant, qu’il avait abandonné à l’âge de trois ans.

De lui, son amie Valérie indique qu’il est "pudique", qu’il n’a "jamais fait de crise de démence" et "n’était pas suicidaire". Cédric Piozzi était passé, selon elle, par une phase alcoolique mais s’était arrêté. "Disons qu’il ne tenait pas l’alcool, corrige sa sœur. Après deux bières il titubait."

Qui aurait pu lui vouloir du mal? "Il n’avait pas d’ennemis. Le seul élément qui pose question, ce sont des menaces de mort de quelqu’un de sa famille."

Le 27 novembre, Cédric avait prévu d’aller voir le concert à Nice de Slimane et Vitaa, et s’en réjouissait d’avance. Il sera mort avant.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.