“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'exploit médical du CHPG de Monaco contre les douleurs "suicidaires"

Qui était Fehmi, le jeune homme de 20 ans décédé après son interpellation à Auch...

Jean-François Colosimo, Jean-Claude Guibal et Pascal Picq ont tâché de faire un lien entre l'évolution de l'homme, le retour du spirituel et la mutation des sociétés.

Autopsie de notre société : qu'est-ce qui ne va pas ?

Inondations meurtrières dans l'Aude: la tristesse du prince Albert II

Le hameau de Granile, dans la Roya, coupé du monde après un éboulement

Quelques jours avant sa mort, Netflix diffusait un documentaire troublant sur Avicii

Mis à jour le 23/04/2018 à 22:22 Publié le 23/04/2018 à 21:30
Dans le documentaire, le DJ se confie sur ses débuts.

Dans le documentaire, le DJ se confie sur ses débuts. Capture Netflix

Quelques jours avant sa mort, Netflix diffusait un documentaire troublant sur Avicii

Un documentaire sur la vie d'Avicii a été diffusé que Netflix seulement quelques jours avant sa mort. Le DJ y parlait notamment de ses démons.

Un hasard de calendrier tragique. Le documentaire "Avicii: True Stories", qui retrace la vie du jeune DJ depuis ses débuts, a été diffusé sur la plateforme de streaming quelques jours seulement avant sa mort le 20 avril dernier.

>> LIRE AUSSI. La piste criminelle écartée après le décès du DJ suédois Avicii

L'artiste suédois y explique notamment pourquoi il a décidé de se retirer de la scène en 2016. Problèmes d'alcool, surménage, rythme effréné... L'auteur de "Wake me up" se livre. Le documentaire diffuse même des images de lui adolescent, travaillant des morceaux dans sa chambre, avant qu'il ne devienne célèbre.

"Les fans étaient super-heureux et moi j'étais super-mal. Les concerts n'en finissaient pas. Quand j'avais envie de taper dans les murs, je m'arrêtais deux mois mais je n'arrivais pas à me détendre en pensant aux nouveaux concerts qui approchaient."

Des images qui prennent une toute autre dimension aujourd'hui, et font presque office de testament.


La suite du direct