“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Quelles réponses face aux escroqueries numériques ?

Mis à jour le 05/09/2018 à 05:07 Publié le 05/09/2018 à 05:07
Conseil aux particuliers : « procéder à une veille régulière et personnelle des réseaux sociaux ». Et signaler tout faux profil aux autorités et aux plateformes concernées.

Quelles réponses face aux escroqueries numériques ?

Après le dépôt de plainte du maire de Monaco pour usurpation de son identité sur Facebook, la Direction de la Sûreté publique a accepté de lever le voile sur la complexité de ces enquêtes

La semaine dernière, Georges Marsan portait plainte auprès de la Sûreté publique pour usurpation de son identité sur Facebook. Grâce à l'avatar virtuel du maire de Monaco, un « pirate » essayait de soustraire de l'argent aux internautes, tout en aspirant quantité de leurs données personnelles (lire nos éditions du 28 août). Une tentative d'escroquerie qui faisait écho au faux prince Albert II entré en contact avec la journaliste Michèle Cotta dans le même but, fin 2017, par le biais de l'application WhatsApp. Un cas non isolé puisque, par voie de SMS, mails ou même visioconférence, quelques dirigeants de sociétés monégasques étaient alors également victimes de tentatives « d'hameçonnage » en bande organisée. Toutes réalisées en usant de l'identité de personnalités de la Principauté.

Fréquence de ces piratages et/ou usurpations d'identité, lois en vigueur, moyens d'actions de la Sûreté publique et ses premiers résultats, entraves aux enquêtes, coopération internationale et rôle des géants du web (GAFA)… On fait le point.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct