“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Quatre blessés à l'arme blanche à Paris près des anciens locaux de Charlie Hebdo

Mis à jour le 25/09/2020 à 13:20 Publié le 25/09/2020 à 12:41
Quatre personnes ont été blessées.

Quatre personnes ont été blessées. Photo AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Quatre blessés à l'arme blanche à Paris près des anciens locaux de Charlie Hebdo

Deux victimes étaient en "urgence absolue" tandis que les policiers avaient lancé la traque aux deux suspects, dont l'un a déjà été interpellé.

Quatre personnes ont été blessées à l'arme blanche à Paris vendredi dans des circonstances encore indéterminées près des anciens locaux du journal Charlie Hebdo, en plein procès des attentats meurtriers qui l'avaient notamment visé en janvier 2015, a-t-on appris de sources concordantes.

Deux personnes se trouvaient en "urgence absolue", a précisé la préfecture de police de Paris, ajoutant que les deux auteurs présumés de l'agression étaient "en fuite". L'un d'eux a finalement été interpellé un peu plus tard, près de la place de la Bastille.

Un périmètre élargi a été établi autour des anciens locaux de Charlie Hebdo pour un "colis suspect", a ajouté la préfecture.

La BRI a été mobilisée et le laboratoire central de la préfecture se rend sur place, a encore dit la préfecture, invitant à "éviter le secteur".

La rue Nicolas-Appert, où se trouvaient les locaux du journal, est bloquée, avec une dizaine de policiers déployés sur place, a constaté une journaliste de l'AFP.

Une cellule de crise a été ouverte au ministère de l'Intérieur, où le ministre Gérald Darmanin se rendait "en urgence" avec le Premier ministre Jean Castex. 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.