Prison ferme pour un dealer qui livrait de la cocaïne en tenue Deliveroo

Un dealer qui vendait de la cocaïne en se faisant passer pour un livreur à domicile, et chez qui ont été retrouvés plus de 460.000 euros, a été condamné jeudi à trois ans de prison dont un avec sursis probatoire, par le tribunal correctionnel de Paris.

AFP Publié le 29/09/2022 à 19:11, mis à jour le 29/09/2022 à 19:06
Un livreur Deliveroo (illustration). Photo Sébastien Botella

Lors de l'audience, le jeune homme de 26 ans, en récidive, a reconnu avoir livré pendant plus d'un an de la cocaïne à domicile, habillé de vêtements fournis par la plateforme Deliveroo du temps où il travaillait pour elle.

Après son interpellation en août, plus de 460.000 euros, six kilos de cocaïne, des pochons vides floqués d'un logo et plusieurs balances avaient été trouvés à son domicile.

Assurant avoir fait partie d'un réseau "plus important" connu sous le nom de "Ben La Flèche", le jeune homme a expliqué que l'argent liquide et les stupéfiants trouvés chez lui appartenaient à la filière et ne lui avait été confiés que "provisoirement".

"Pour les clients, Ben La Flèche, c'est vous", lui a opposé l'assesseure.

 

"Moi, je recevais les commandes, je prenais l'argent, et basta", a répondu le prévenu, expliquant: "Le réseau a eu un problème de nourrice qui n'était pas prévu. Ils ont décidé de tout laisser chez moi, je n'ai pas osé dire non".

Le jeune homme recevait des commandes par message et effectuait "une vingtaine de livraisons par jour", entre 16H00 et minuit, pour un bénéfice allant "jusqu'à 2.400 euros par semaine".

Selon lui, "une personne du réseau gérait les différents livreurs". "Je ne donne pas de nom, j'ai peur pour les personnes autour de moi", a-t-il insisté.

"Mon client n'a pas le train de vie d'un chef de réseau. Pas de voyage à Val-d'Isère ou à Dubaï, pas de Rolex ou de grosse cylindrée. Il n'y avait pas de maroquinerie de luxe chez sa compagne. Il habite un appartement de 25 mètres carrés", a souligné auprès de l'AFP son avocat, Me Hector Lajouanie, saluant une décision "juste et équilibrée" tenant compte d'un "parcours de vie très difficile".

La compagne du dealer, qui comparaissait libre pour blanchiment, a été condamnée à une amende de 10.000 euros, dont 5.000 euros avec sursis.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.