“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Inondations meurtrières dans l'Aude: la tristesse du prince Albert II

Le hameau de Granile, dans la Roya, coupé du monde après un éboulement

Le bilan des inondations dans l'Aude atteint 14 morts

Plusieurs kilos de cannabis saisis chez un jeune maçon de la Roya qui se livrait...

Il filme sous les jupes des femmes qui empruntent l'escalator

Pourquoi un tel émoi en Allemagne après la mort du styliste Otto Kern à Monaco?

Mis à jour le 14/12/2017 à 08:53 Publié le 14/12/2017 à 08:51
Otto Kern, ici avec sa dernière épouse, avait 67 ans.

Otto Kern, ici avec sa dernière épouse, avait 67 ans. Photo MaxPPP

Pourquoi un tel émoi en Allemagne après la mort du styliste Otto Kern à Monaco?

Décrit comme charmant et érigé en modèle de réussite, le styliste allemand inspirait du rêve aux plus modestes et jouissait d’une belle popularité outre-Rhin.

Le contraste est saisissant. Le fossé énorme. Depuis l’annonce officielle de la mort du créateur de mode allemand, Otto Kern, lundi à Monaco, le traitement médiatique entre France et Allemagne se résume en un grand écart.

>> RELIRE. Qui était Otto Kern, le célèbre créateur de mode allemand retrouvé mort à Monaco

Outre-Rhin, l’info tourne en boucle et les supputations vont bon train sur les circonstances de son décès. En France, rien, ou presque. Les premiers articles n’ont d’ailleurs paru que ce mercredi dans la presse nationale.

Si Otto Kern, résident monégasque depuis le début des années 2000 et habitué des soirées mondaines, était un visage familier sur le Rocher, il faut bien avouer...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct