“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Police maritime monégasque: une polyvalence unique au monde

Mis à jour le 01/07/2014 à 07:52 Publié le 30/06/2014 à 07:10
Police maritime : une polyvalence unique au m - 25908655.jpg
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Police maritime monégasque: une polyvalence unique au monde

De l’héliport au secours en mer en passant par la surveillance des plages, la sortie des écoles,le service d’ordre et le contrôle des plaisanciers, les agents du quai Antoine-1er assurent

De l’héliport au secours en mer en passant par la surveillance des plages, la sortie des écoles,le service d’ordre et le contrôle des plaisanciers, les agents du quai Antoine-1er assurent

Ils passent du short-casquette au képi-chemise à galon en un clin d'œil. Du pont de La Vigilante, (une de leurs embarcations) à l'héliport, de la récupération d'un noyé au contrôle des passagers de croisière, en passant par la sortie des écoles, les trente-huit agents de la police maritime et de l'aéroportuaire de Monaco ont une polyvalence qui dépasse l'entendement.

Le nombre de missions accrochées à leur casquette est certainement unique au monde. Et avec la saison estivale qui démarre, ils sont plus que jamais sur tous les fronts.

« Nous avons, dans un premier temps, la même mission que n'importe quel agent de la Sûreté publique puisque nous en faisons partie. Sauf que notre secteur n'est pas le même. Notre autorité s'étend sur les eaux territoriales monégasques, avec le contrôle des bateaux en mer mais aussi sur le respect de l'interdiction de navigation dans la réserve marine, par exemple. »

Sur terre, sur mer et sous la mer

« Nous avons aussi une mission sur l'ensemble des deux ports(Hercule et Fontvieille, N.D.L.R.) avec un contrôle systématique des plaisanciers qui doivent s'enregistrer dès leur arrivée. Les bateaux de croisière font aussi l'objet d'un contrôle transfrontalier dont nous avons la charge. Nous gérons le service d'ordre lorsqu'il y a des animations ou des soirées sur les quais et nous faisons la sortie de l'école internationale », énumère le commandant Van Den Corput, chef de la division depuis 2008.

Avec la livraison du nouveau Yacht Club tout récemment et le Jumping qui vient de se terminer, les agents ne manquent donc pas d'occupations à terre.

Ni sur le sable d'ailleurs, puisque deux fonctionnaires de la police maritime doivent assurer une présence quotidienne sur les plages du Larvotto.

L'aspect surveillance, lui, est tout de même dédié à cinq civils maîtres-nageurs-sauveteurs mis en place par la mairie pour toute la saison.

Mais l'aspect « police » n'est qu'une partie de la casquette. Car en effet, « la priorité, c'est vraiment le secours en mer,rappelle le commandant.S'il y a la moindre alerte, on part tout de suite ! »

En permanence reliés au CrossMed, qui est un peu le gardien des eaux de Menton à Saint-Tropez et qui gère l'ensemble des secours, ces agents hyperqualifiés deviennent alors sauveteurs « du Cap-Martin au Cap-Ferrat », résume le sous-brigadier Claude Tacco, patron de La Vigilante. « Mais là nous n'avons plus d'autorité judiciaire puisque nous sommes hors des eaux monégasques. Notre mission devient à ce moment-là vraiment du secours au civil. »

Du coup, avec seulement 38 agents, la polyvalence reste indispensable à leur fonctionnement. Sur l'ensemble de l'effectif, ils sont 17 à détenir le statut de plongeur et tous ont le permis côtier, et certains le hauturier. Quelques-uns ont même une formation de techniciens en investigations judiciaires sous-marines !

Ils sont donc dans l'obligation, afin de rester efficaces et opérationnels, de s'entraîner quotidiennement, comme des athlètes, à la nage et au secours mais aussi très régulièrement à la plongée (quatre par mois dont une profonde, soit à 60 mètres).

Ils suivent aussi des formations au Centre national d'instruction nautique de la gendarmerie (CNING) d'Antibes. Qui a dit que les hommes ne savaient pas faire plusieurs choses à la fois ?

À la moindre alerte ils débrayent et deviennent maîtres-nageurs-sauveteurs. Ils sont armés comme tout agent de la Sûreté mais à bord ils peuvent parer à toute éventualité : équipement de plongée, oxygène, défibrillateur, lance à incendie...
À la moindre alerte ils débrayent et deviennent maîtres-nageurs-sauveteurs. Ils sont armés comme tout agent de la Sûreté mais à bord ils peuvent parer à toute éventualité : équipement de plongée, oxygène, défibrillateur, lance à incendie... Michaël Alesi
Police maritime : une polyvalence unique au m - 25908651.jpg

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.