“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Plusieurs hommes en garde à vue à Toulouse après la mort d’un policier roué de coups

Mis à jour le 21/07/2019 à 06:45 Publié le 21/07/2019 à 06:23
Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Photo François Vignola

Plusieurs hommes en garde à vue à Toulouse après la mort d’un policier roué de coups

Plusieurs hommes ont été placés en garde à vue samedi matin après la mort dans la nuit d’un policier, qui n’était pas en service, dans une rixe à la sortie d’une discothèque au nord de Toulouse, a-t-on appris d’une source proche de l’enquête.

Selon LaDepêche.fr qui a révélé l’affaire, ce policier de 35 ans "a été tué en fin de nuit (...) sur le parking d’une discothèque à Sesquières", après avoir été agressé par deux hommes qui "l’ont fait chuter et sa tête a lourdement heurté le sol".

La police a été alertée vers 5h25 par les pompiers pour une personne en arrêt cardio-respiratoire près de la discothèque Esmeralda, à moins de 10 km du centre de Toulouse, a indiqué une autre source proche du dossier. Le gardien de la paix n’a pas pu être ranimé par les secours et est rapidement décédé, a-t-on précisé.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le policier, qui était en civil, se trouvait avec un ami dans un snack quand il a eu un différend avec plusieurs personnes.

Il a été roué de coups, de poings et de pieds, puis ses agresseurs ont pris la fuite dans une voiture dont l’immatriculation a pu être relevée par des témoins. L’enquête a été confiée à la PJ de Toulouse, a ajouté cette source.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct