“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Plus d'un mois après, l'EI revendique l'assassinat de 8 personnes dont 6 Français au Niger

Mis à jour le 17/09/2020 à 18:16 Publié le 17/09/2020 à 18:14
Le logo de l'ONG Acted à l'entrée de ses bureaux, le 10 août 2020 à Niamey, au Niger

Le logo de l'ONG Acted à l'entrée de ses bureaux, le 10 août 2020 à Niamey, au Niger Photo AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Plus d'un mois après, l'EI revendique l'assassinat de 8 personnes dont 6 Français au Niger

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué jeudi 17 septembre l'assassinat le 9 août au Niger de huit personnes, dont six humanitaires français et deux Nigériens, dans son organe de propagande Al-Naba.

La publication, authentifiée par de multiples sources, dont l'organe américain SITE, spécialisé dans la surveillance des groupes jihadistes, évoque une "attaque éclair" dans la région de Kouré ayant abouti à la mort de six "Croisés" français et deux "apostats" nigériens.

Les jeunes humanitaires français, deux hommes et quatre femmes, avaient été assassinés avec leur chauffeur et leur guide nigériens par des hommes armés à moto le 9 août alors qu'ils visitaient la réserve de girafes de Kouré, à 60 km au sud-est de la capitale Niamey où ils étaient basés.

Après l'attaque, le gouvernement nigérien avait fermé la réserve tandis que la France plaçait le site en "zone rouge", tout comme le reste du pays, exceptée la capitale.

Le Niger, pays sahélien très pauvre, est en proie à des attaques jihadistes récurrentes qui ont fait des centaines de morts.

Avec le Mali et le Burkina Faso voisin, il est au cœur d'une immense zone écumée par des groupes jihadistes se revendiquant d'EI ou de son rival Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), et où sont déployés quelque 5.100 soldats français de la force antiterroriste Barkhane.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.