“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

PHOTOS. Le chef du Kremlin dans les cuisines du Café de Paris à Monaco

Mis à jour le 20/02/2015 à 08:04 Publié le 20/02/2015 à 07:52
Jean-Claude Brugel, chef du Café de Paris à Monaco (à droite), accueille dans ses cuisines le chef du Kremlin jusqu'à dimanche pour une semaine de la gastronomie russe
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

PHOTOS. Le chef du Kremlin dans les cuisines du Café de Paris à Monaco

À l’occasion de l’Année de la Russie à Monaco, la Société des Bains de Mer a invité le cuisinier de Vladimir Poutine en Principauté pour une partition culinaire à quatre mains

À l’occasion de l’Année de la Russie à Monaco, la Société des Bains de Mer a invité le cuisinier de Vladimir Poutine en Principauté pour une partition culinaire à quatre mains

Ici, il n'est pas question de la crise en Ukraine. Mais plutôt de la difficulté de trouver du hareng fumé « à la russe » et de la manière de cuisiner le Stroganoff.

Le chef de la brasserie Café de Paris Jean-Claude Brugel, Meilleur ouvrier de France, accueille depuis hier Konstantin Makridin, chef exécutif des cuisines du Kremlin, pour une partition culinaire à quatre mains. Jusqu'à dimanche, des spécialités slaves seront proposées à la carte, au déjeuner et au dîner, de l'établissement mythique de la place du Casino.

Une mise en lumière qui entre dans le cadre des festivités de l'année de la Russie à Monaco. La Société des Bains de Mer propose donc l'événement «Saison de la gastronomie russe à Monaco» et a transformé, pour l'occasion, la façade du Café de Paris en palais russe, grâce à un astucieux jeu de LED.

Konstantin Makridin, 36 ans, a pris ses fonctions auprès du président russe en 2013. Il est responsable de toutes les réceptions qui se déroulent dans le palais moscovite et peut nourrir jusqu'à 1.000 personnes, certains soirs.

Son devoir de réserve lui interdit de divulguer le plat préféré de Vladimir Poutine. Et si l'on cherche à savoir si les événements récents auraient pu être un frein à sa venue, sourire poli en guise réponse.

Alors, parlons cuisine !

Quel est votre rôle auprès de Vladimir Poutine ?

Je lui sers parfois à manger mais il y a en fait un chef qui s'occupe spécifiquement des repas quotidiens du président. Moi, je m'occupe des dîners officiels avec les chefs d'État ou des réceptions festives.

Qu'est-ce que vous servez lors de ces occasions ?

On met à l'honneur les plats traditionnels. C'est important de montrer la cuisine russe. On utilise beaucoup les gibiers comme le chevreuil, le cerf mais aussi les cailles et les petits oiseaux. Il y a aussi beaucoup de poissons dans la gastronomie russe. Et le caviar évidemment!

Qu'est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

Avant, j'étais sous-chef au Mariott de Moscou, avec un chef français, et il y avait beaucoup d'échanges, c'était très enrichissant. Mais là, il y a beaucoup d'adrénaline, c'est un travail très dynamique. Parfois, on a un appel et il faut organiser une réception en un temps record.

C'est la deuxième fois que vous venez à Monaco pour cet exercice. Vous avez des retours positifs ?

Oui, je crois que les clients sont agréablement surpris et découvrent vraiment de nouvelles choses. Mais ici, il y a aussi une forte communauté russe qui apprécie de retrouver les plats de chez elle.

Quels sont les plats que vous proposez durant cette semaine ?

Ce sont vraiment des classiques comme le bœuf Stroganoff, le Koulibiac (sorte de saumon en croûte avec œufs durs et épinards), le Bortsch (soupe de betteraves et morceaux de veau), salade de harengs…

Comment la collaboration se passe-t-elle avec Jean-Claude Brugel et sa brigade ?

Nous avons beaucoup échangé avant sur les produits disponibles. Pour l'élaboration des plats, la brigade du Café de Paris est très professionnelle, donc je n'ai eu à cuisiner qu'une fois chaque plat et c'était OK.

 


(Photo Michaël Alesi)

 


(Photo Michaël Alesi)

 


(Photo Michaël Alesi)

 


(Photo Michaël Alesi)

 


(Photo Michaël Alesi)

 


(Photo Michaël Alesi)

 


(Photo Michaël Alesi)

 


(Photo Michaël Alesi)

 


(Photo Michaël Alesi)

 


(Photo Michaël Alesi)


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.