“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Petite plaisance à Monaco: les tarifs du port contestés

Mis à jour le 26/01/2015 à 08:04 Publié le 26/01/2015 à 07:52
Il s'agit effectivement d'une question de principe. Car, dans la pratique, les prix sont quasiment dix fois moins chers qu'en France.

Il s'agit effectivement d'une question de principe. Car, dans la pratique, les prix sont quasiment dix fois moins chers qu'en France. archives Eric Dulière

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Petite plaisance à Monaco: les tarifs du port contestés

L’association des Pontons de Monaco dénonce les 2 % d’augmentation en 2015 pour les emplacements des bateaux de moins de 18 mètres

L’association des Pontons de Monaco dénonce les 2 % d’augmentation en 2015 pour les emplacements des bateaux de moins de 18 mètres

2 % au lieu de 0,1 %, c'est incompréhensible. »

Franck Lobono, Monégasque, président des Pontons de Monaco, ne comprend pas l'augmentation, en 2015, des tarifs des emplacements de port pour les bateaux de la petite plaisance.

« Ce n'est pas le prix qui est choquant mais la méthode. Comment sont déterminés ces 2 % ? » Franck Lobono s'appuie sur un courrier de Marie-Pierre Gramaglia, reçu le 22 juillet dernier.

Le conseiller de gouvernement pour l'Équipement, l'Environnement et l'Urbanisme « confirme la position déjà exprimée par la direction des Affaires maritimes, qui a été convenue avec le concessionnaire et qui vise (...) à revenir à une indexation sur le coût de la vie. »

« Cet indice n'existe pas à Monaco mais en France. L'indice des prix à la consommation augmente de 0,1% sur un an, note Franck Lobono. C'est donc vingt fois moins que l'augmentation appliquée par la SEPM. J'ai reçu plusieurs appels téléphoniques de membres de l'association qui ne comprennent pas la facture reçue début janvier. L'augmentation est, selon nous, arbitraire. Nous voulons entretenir des relations de confiance avec le gouvernement et la Société d'Exploitation des Ports de Monaco (SEPM). »

Dix fois moins cher qu'à Saint-Tropez

Il s'agit effectivement d'une question de principe. Car dans la pratique, les prix sont quasiment dix fois moins chers qu'en France. Deux exemples donnés par Daniel Réalini, directeur technique et d'exploitation de la SEPM, pour des propriétaires monégasques : « Pour une embarcation de 5 mètres, en 2014, le coût était de 273,96 euros par an à Monaco, contre 2 000 euros dans le port public de Saint-Tropez. Pour un bateau de 8 mètres, c'est 708,96 euros contre 3.000 euros. » Mais chat échaudé craint l'eau froide. Rappelons qu'« en 2011, il fut un temps question d'une augmentation de 420 % sur trois ans ! »lance Franck Lobono. Le sujet avait d'ailleurs été évoqué en séance publique du Conseil national.« À l'époque, nous avions obtenu du gouvernement qu'il la limite à 50 %. »

Aujourd'hui, l'association attend donc que « les engagements soient respectés ».

Et Franck Lobono insiste également sur la volonté des représentants de la petite plaisance de travailler de façon constructive avec la SEPM.

7 à 12 € par an

Mais pour Aleco Keusseogleu, président de la SEPM, « tous les efforts sont faits pour conserver la petite plaisance. Nous avons décidé, en avril, au conseil d'administration, d'augmenter les tarifs de 2 %, ce qui correspond à nos coûts. Ce n'est donc pas arbitraire. L'augmentation est en réalité de 7 à 12 euros par an. Je rappelle que les propriétaires bénéficient de l'eau et l'électricité gratuitement. Je suis par ailleurs très favorable à ce que les propriétaires de petits bateaux soient davantage impliqués. Je reste disponible pour les rencontrer. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.