Rubriques




Se connecter à

"Nous avons enlevé les pierres à la main pour passer..." Le témoignage des naufragés de la Tinée après les éboulements

Ils étaient venus de Saint-Laurent-du-Var pour la journée. Une journée jusqu’alors baignée de soleil, qui les a conduits là "un peu par hasard". Là, c’est au hameau du Pra, à Saint-Dalmas-le-Selvage, dans la Haute-Tinée. Lola Perciot, 38 ans, y est montée avec un ami. Ils n’oublieront pas leur escapade de sitôt.

C. C. Publié le 19/07/2022 à 11:40, mis à jour le 19/07/2022 à 11:39
Plusieurs voitures se sont retrouvées piégées par des éboulements. Lola Perciot, en vadrouille au hameau de Pra avec un ami, a réussi à s’en sortir en organisant un convoi de plusieurs voitures. DR

Dimanche, en fin d’après-midi, le soleil s’est brusquement éclipsé au profit de la pluie. "Une forte pluie. De la grêle, témoigne Lola Perciot. Nous nous sommes arrêtés près d’un pont. ce moment-là, ça s’est amplifié. D’un coup, il y a eu comme une explosion avec de la boue. a s’est déchaîné!"

Les vidéos que Lola a pu capter sont éloquentes. On y voit la rivière, qui a viré au marron, prise de furie. Un éboulement vient de se produire. "La montagne s’est déversée dans la route juste après notre passage..."

Mini-convoi vers Jausiers

Les deux Azuréens découvrent alors, stupéfaits, le spectacle de deux voitures partiellement ensevelies. Eux-mêmes se retrouvent "coincés. Plusieurs voitures se sont arrêtées. Nous ne pouvions plus redescendre sur la Côte." Des éboulements bloquaient en effet la route du retour. Et pour pimenter le tout, pas de réseau téléphonique.

Seul le portable de Lola lui permet d’envoyer un SMS à un proche. Charles, le père d’un ami, prévient les sapeurs-pompiers, doit insister – "même s’ils font un travail admirable, ils n’ont pas tout de suite pris la mesure d’une situation grave et inquiétante", estime-t-il –, puis les gendarmes. Les secours vont découvrir des fronts multiples.

 

Mais Lola Perciot et son ami sont déjà repartis. Ils ont d’abord gagné le seul restaurant du secteur. "Les gens étaient perdus. Le restaurateur lui-même disait: ‘‘Ne restez pas sur le parking, on est près de la rivière, c’est dangereux’’". Alors Lola et son ami décident de repartir. Un grand détour par Jausiers. "C’était le seul moyen. On a proposé de faire un convoi. Certains ont refusé. On est finalement partis à quatre voitures."

"Ça remue un peu"

Ces "naufragés" de la Tinée ont ainsi roulé vers la Bonette. Croisé un premier éboulement, puis un deuxième. "Nous avons enlevé les pierres à la main." Ils en ont recensé "quatre ou cinq" jusqu’au col. Arrivés là, "il faisait 10°C. On était trempés. Mais on s’en est sortis. On a arrêté les gens qui arrivaient en sens inverse: ‘‘Ne montez pas, ça ne sert à rien!’’"

Une fois passé le col, fini les intempéries. Lola Perciot et son ami rejoignent Jausiers, Digne, puis Entrevaux, Puget-Théniers et enfin, Saint-Laurent-du-Var. "Nous sommes arrivés à 2h30 du matin, après 4h de route!" Leur week-end estival a viré à "l’aventure" tout-terrain. Au final, Lola et son ami sont "contents d’avoir organisé ce convoi et d’être rentrés chez nous. a remue un peu. Mais on s’en sort."

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.