“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Njuki, un bébé kenyan opéré au Centre cardio-thoracique de Monaco

Mis à jour le 30/12/2011 à 04:04 Publié le 09/09/2011 à 07:00
Njuki va mieux, après son opération pour malformation cardiaque.	(Photos Eric Dulière)

Njuki, un bébé kenyan opéré au Centre cardio-thoracique de Monaco

L'association monégasque de l'Ordre de Malte, poursuivant ses actions et conformément à ses engagements humanitaires, a pris en charge le coût d'une intervention chirurgicale d'un nourrisson originaire du Kenya

L'association monégasque de l'Ordre de Malte, poursuivant ses actions et conformément à ses engagements humanitaires, a pris en charge le coût d'une intervention chirurgicale d'un nourrisson originaire du Kenya, ainsi que les frais de voyage et de séjour de sa mère à Monaco, afin qu'elle soit à ses côtés durant toute la période des soins.

Ce bébé de cinq mois, Njuki Trevor, qui souffrait d'une grave malformation cardiaque, a été opéré avec succès au Centre cardio-thoracique de Monaco, par le professeur Pretre venu tout spécialement de Genève, et le docteur Bourlon.

Durant l'opération et leur séjour Njuki Trevor et sa maman Rahab, ont été entourés et soutenus par les Chevaliers et Dames de l'Ordre, ainsi que de nombreux bénévoles qui s'étaient mobilisés pour la cause. L'association monégasque, par cette action et grâce à la générosité de ses donateurs, s'inscrit pleinement dans la tradition pluriséculaire de l'Ordre souverain de Malte, d'assistance aux malades et aux personnes dans la souffrance.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct