“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Natalia Vodianova prépare son Love Ball tendance sixties

Mis à jour le 25/07/2013 à 08:09 Publié le 25/07/2013 à 07:02
La princesse Charlène a accueilli avec beaucoup d'enthousiasme le projet de Natalia Vodianova qui entend aider les enfants dans son pays d'origine. Une manière pour la top model de rendre ce qu'elle a reçu.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Natalia Vodianova prépare son Love Ball tendance sixties

Le top model a lancé la « Naked Heart Foundation » qui vient en aide aux enfants défavorisés et à leurs familles en Russie. Elle organise une soirée pour récolter des fonds, ce samedi

Le top model a lancé la « Naked Heart Foundation » qui vient en aide aux enfants défavorisés et à leurs familles en Russie. Elle organise une soirée pour récolter des fonds, ce samedi

De sa voix douce, Natalia Vodianova se confond en excuses… pour dix minutes de retard. La top model russe de 31 ans irradie de simplicité. Vêtue d'une robe longue bleu marine, les cheveux relevés sur la tête en chignon déstructuré, elle affiche l'aisance et un regard azur plein de détermination. La sylphide est à Monaco pour affaires. Point de contrat de mannequinat en perspective.

Ce qui l'amène ici lui tient énormément à cœur. Elle organise ce samedi 27 juillet dans la salle Garnier le « Love Ball », une soirée caritative destinée à récolter des fonds pour sa fondation, « Naked Heart Foundation ». Rencontre avec une femme déterminée à rendre ce qu'elle a reçu.

Qu'est-ce qui vous a poussé à créer cette fondation il y a 9 ans ?

Je voulais venir en aide aux enfants défavorisés en Russie. J'ai été élevée par ma mère qui travaillait dur pour parvenir à nous nourrir. Tous les jours, on se demandait comment on allait s'en sortir le lendemain. C'était d'autant plus difficile que ma petite sœur est atteinte d'un autisme profond. « Naked Heart » tente de prouver aux familles qu'il est possible de vivre avec un enfant atteint d'un handicap ou d'une maladie. J'ai grandi dans des conditions pas faciles. Je me suis battue pour m'en sortir, pour survivre. Aujourd'hui, je n'ai plus à me battre pour moi-même, alors je veux me battre pour les autres. J'ai reçu une éducation dans laquelle l'entraide était au centre de tout. Ma mère, mes grands-parents auraient pu donner tout ce qu'ils avaient pour aider les autres.

Quelles actions sont menées en Russie ?

Cela a commencé en 2004 par la construction de parcs et d'aires de jeux. Cela permet aux enfants de s'amuser malgré leurs conditions de vie difficiles. Depuis deux ans, nous avons débuté un nouveau programme qui consiste à soutenir les familles qui ont des enfants en difficulté à cause de maladies ou handicaps. Il s'agit d'éviter que ces bambins soient abandonnés par des parents qui ne savent pas comment s'occuper d'eux. En octobre aura lieu le deuxième forum à Moscou qui rassemblera près de 400 spécialistes de l'enfance. En partageant leurs expériences, ils cherchent à apporter des solutions concrètes.

Ce « Love ball » a vocation à récolter des fonds. C'est la première fois qu'il se déroule à Monaco.

Oui, ce choix est vite apparu. D'une part, j'aime beaucoup ce pays dans lequel je viens souvent. D'autre part, il y a une interaction entre la Principauté et la Russie, on le voit avec les Ballets Russes, Serge Diaghilev… Et lorsque j'ai vu l'Opéra, je me suis crue dans un rêve, il est magnifique.

Quel thème avez-vous choisi pour cette soirée ?

La Riviera des années 1960. Elle était le symbole de l'élégance. Les plus grandes stars s'y pressaient pour assister à de splendides fêtes. Je voulais célébrer cette époque. Nous attendons 350 invités. Ce sera presque intime ! (rires)

Comment avez-vous travaillé pour organiser ce « Love Ball » ?

J'ai été très bien entourée, notamment de Françoise Dumas (la cheville ouvrière du Bal de la Croix-Rouge). Lorsque j'ai rencontré le prince Albert et la princesse Charlène, ils ont immédiatement été intéressés par cette idée. J'ai également pris contact avec la princesse Caroline, elle aussi très investie dans l'humanitaire. D'ailleurs, une partie des fonds sera reversée à l'AMADE.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.