“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Musée des timbres à Monaco: cinquante créations par an

Mis à jour le 09/03/2015 à 08:40 Publié le 09/03/2015 à 08:38
Magali Vercesi, Directeur de l'OETP présente les trois nouveaux timbres.

Magali Vercesi, Directeur de l'OETP présente les trois nouveaux timbres. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Musée des timbres à Monaco: cinquante créations par an

Installé sur les Terrasses de Fontvieille, le Musée des Timbres et des Monnaies de la Principauté donne un écho à l’actualité et retrace plusieurs siècles d’histoire

Installé sur les Terrasses de Fontvieille, le Musée des Timbres et des Monnaies de la Principauté donne un écho à l’actualité et retrace plusieurs siècles d’histoire

Peu connue du grand public, la philatélie est un art en voie de disparition. Nommée directeur de l'Office des Émissions de Timbres-Poste il y a cinq ans, Magali Vercesi faisait partie de ces personnes qui ne connaissent pas le monde des timbres.

«J'ai découvert la philatélie et la numismatique depuis que je dirige l'Office et le Musée des Timbres et des Monnaies de la Principauté de Monaco. C'est un monde fascinant et instructif qui permet de se remémorer les moments importants de notre histoire puisque les collections commémorent les événements récents et passés qui constituent notre patrimoine».

Très impliquée dans son travail, Magali Vercesi s'émerveille de tous ces chefs-d'œuvre intemporels.

«Nous détenons, dans notre musée, l'ensemble des émissions philatéliques et numismatiques émises depuis le premier timbre en 1 885 par le prince Charles III. De nombreuses pièces ont aujourd'hui une valeur inestimable.»

Depuis son édification sur les Terrasses de Fontvieille en 1996, le musée des timbres et des monnaies présente les collections philatéliques et numismatiques du prince souverain ainsi que la chronologie complète des monnaies depuis 1641 et des timbres monégasques depuis 1885.

Au cours de la visite, le public peut découvrir les plâtres utilisés dans le processus de frappe des monnaies, les poinçons et tous les documents qui participent à l'émission d'un timbre.

La seconde salle est celle des timbres rares. Ici, ans des conditions de préservation très spécifiques, sont gardés une centaine de timbres et documents philatéliques parmi les plus rares du monde, dont les premiers timbres monégasques.

«Les timbres de la Principauté de Monaco sont très recherchés car les tirages sont proportionnels à la taille du pays. Ils sont donc limités par rapport aux tirages des grandes administrations postales mondiales,précise Magali Vercesi.De plus les philatélistes recherchent les timbres qui voyagent et qui ont voyagé, comme ceux de Monaco.

En avril, le timbre des jumeaux princiers

Chaque année, cinquante nouveaux timbres font leur apparition à Monaco.

«La Commission Consultative des Collections Philatélique et Numismatique du prince choisit les sujets qui feront l'objet d'un timbre. Pour les illustrer, il est souvent fait appel à des artistes ou graveur talentueux qui font de nos timbres de véritables œuvres d'art. Ce qui est une motivation supplémentaire pour les collectionneurs.»

Pour ce premier semestre de nouveaux timbres font leur apparition. Parmi eux figure un timbre sur le pavillon Monaco de l'exposition universelle de Milan ainsi qu'une série sur les pilotes mythiques de F1, comme Michele Alboreto ou Graham Hill.

Et d'ici la fin du mois d'avril, «un bloc philatélique pour honorer la naissance du Prince Héréditaire Jacques et de la Princesse Gabriella.»

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.