“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco: une jeune grenobloise proposait de la coke caché dans son soutien-gorge

Mis à jour le 01/06/2013 à 12:13 Publié le 01/06/2013 à 12:05
Illustration tribunal correctionnel de Monaco
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco: une jeune grenobloise proposait de la coke caché dans son soutien-gorge

Une Grenobloise de 19 ans a été interpellée ce mercredi après avoir proposé de la drogue caché dans son soutien-gorge à des policiers en civil sur le port Hercule de Monaco. Le tribunal correctionnel de Monaco a condamné la jeune femme à 4 mois d'emprisonnement et 500 € d'amende.

Une Grenobloise de 19 ans a été interpellée ce mercredi après avoir proposé de la drogue caché dans son soutien-gorge à des policiers en civil sur le port Hercule de Monaco. Le tribunal correctionnel de Monaco a condamné la jeune femme à 4 mois d'emprisonnement et 500 € d'amende.

Ce n’est pas à proprement parler une « mule ». Mais Lisa était prête à tout pour transporter de la coke. Jusqu’à dissimuler quatorze petites bonbonnes de « neige » dans son soutien-gorge. Toutefois, sa naïveté et son inexpérience l’auront conduite devant le Tribunal correctionnel.

Le 28 mai 2012, au cours d’une soirée sur le port Hercule, cette Grenobloise de dix-neuf ans proposait la drogue à... des inspecteurs de police en repos ! Avec un certain sens de l’organisation commerciale ! Dans le bonnet droit, il y avait de la coke coupée avec du paracétamol. Dans le bonnet gauche, c’était de la poudre blanche à base d’Aspégic pour les gogos. Bonnet blanc et blanc bonnet ! Mais Lisa serait-elle un maillon d’un vaste réseau ? « Il n’y a pas eu d’autre inculpation, a précisé le président Cyril Bousseron, ni l’ombre d’une filière dans ce dossier. L’unique mobile est l’argent, car vous vendiez les doses à 300 € l’une. Incarcérée de mai à septembre à la maison d’arrêt, où en êtes-vous aujourd’hui ? »

Avant de répondre, la prévenue s’est retournée pour scruter du regard l’entrée du prétoire. Craignait-elle une surveillance gênante ? « Cette histoire a détruit ma vie... Elle m’a vraiment marquée... Maintenant, pour gagner l’argent, je cumule les petits boulots d’intérim et je vis chez mes parents... »

Pour le procureur Michaël Bonnet, « ce dossier, noyé dans une espèce de nébuleuse, laisse un petit goût d’inachevé. Car il manque certaines pièces au puzzle. Il est d’ailleurs difficile de connaître les raisons de la venue de cette jeune fille à Monaco et à Cannes. On note une amorce de changement à l’issue de son incarcération : six mois d’emprisonnement avec sursis et 3 .000 € d’amende. »

Me Charles Lécuyer, pour la défense, soulèvera un autre coin du voile. « On n’aura jamais entendu le principal responsable de ce trafic. Ma cliente s’est retrouvée dans une période de faiblesse où elle n’arrivait pas à payer les charges de son émancipation. Dans un bar américain, on lui propose un emploi juteux : écouler de la drogue. Dans le besoin, elle a cédé à l’appât du gain facile. Ramenez l’amende à une juste mesure. »

Soit quatre mois d’emprisonnement ferme et 500 € d’amende. Avec son « crédit détention », Lisa est ressortie libre du palais de Justice.

*Mlle Cyrielle Colle et Aline Brousse, assesseurs.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.