“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco Telecom meurtri

Mis à jour le 03/06/2017 à 05:19 Publié le 03/06/2017 à 05:19
Chez Monaco Telecom, l'attentat a créé un choc. Debout : André Saint-Mleux, administrateur d'Etat, et Benoît Cellario, responsable grands comptes internationaux ; assis : Xuyen Lam, ingénieur exploitation, Rémi Bistagnin, ingénieur exploitation, et Nicolas Ganivet, ingénieur conception. En médaillon : Martin Péronnet, directeur général de Monaco Telecom et administrateur de Roshan.
Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Monaco Telecom meurtri

L'attentat qui a frappé le cœur de Kaboul, mardi, causant la mort d'environ 90 personnes, a fait une victime collatérale. La société Roshan, filiale de Monaco Telecom, a payé un très lourd tribut

Martin, tu as des nouvelles de Shireen ? » « Oui. Elles sont rassurantes. Shireen est sortie de l'hôpital, elle se repose chez elle. »

Shireen Rahmani est la DRH de Roshan, le premier opérateur téléphonique d'Afghanistan. Régulièrement, Martin Péronnet et de nombreux collaborateurs de Monaco Telecom sont en contact avec elle. Cette femme est l'une des très nombreuses victimes de l'attentat terroriste qui a frappé Kaboul mardi matin, à 8 h 30 heure locale, au moment où les salariés de Roshan arrivaient sur leur lieu de travail. En une fraction de seconde, au moins 90 personnes ont été tuées et des centaines d'autres blessées, dont des femmes et des enfants, dans l'explosion d'un véhicule piégé en plein cœur de Kaboul, la capitale afghane.

Précisément, l'explosion s'est produite dans le quartier diplomatique, devant l'ambassade d'Allemagne, probablement la cible principale des terroristes. Un attentat revendiqué par Daech.

« Entre 30 et 35 décès »

Ce que les médias ont moins raconté, c'est que de l'autre côté de la rue, une entreprise a été la victime collatérale de ce énième carnage. Roshan. Le premier opérateur téléphonique du pays. Une entreprise dont Monaco Telecom est actionnaire à 37 %. La seule filiale de Monaco Telecom à l'étranger, avec laquelle l'opérateur monégasque entretient des relations aussi étroites que régulières (lire page suivante).

Alors, forcément, depuis mardi, à 6 715 km de là, Monaco Telecom est sous le choc. « L'ensemble des bâtiments ont été balayés par l'explosion. Et le bilan humain est terrible : hier (mercredi, NDLR), on dénombrait entre 30 et 35 décès, sur les 90 à 100 victimes de l'attentat. Roshan a payé un très lourd tribut », déplore Martin Péronnet, directeur général de Monaco Telecom et administrateur de Roshan, lui-même extrêmement marqué par ce drame.

« Treize collaborateurs de Roshan ont été tués, ainsi que les 17 chauffeurs chargés de transporter les employés, les deux gardes armés de l'entreprise et une femme de ménage », liste péniblement Martin Péronnet, interrogé hier en téléconférence, pour cause de déplacement professionnel en Allemagne. À ce tragique bilan s'ajoutent aussi environ 25 collaborateurs de Roshan blessés et toujours hospitalisés.

« On a l'habitude des attentats »

Mardi, quand ils ont appris qu'un attentat s'était produit dans le quartier des ambassades de Kaboul - on l'appelle aussi la « Zone verte » -, les collaborateurs de Monaco Telecom n'ont pas mesuré tout de suite la gravité de l'événement. « Depuis toutes ces années où on travaille avec nos collègues en Afghanistan, on a l'habitude des attentats, soupire Nicolas Ganivet, ingénieur conception, rompu aux séjours en Afghanistan. On a vécu des situations de crise à plusieurs reprises. Mais là, on ne pensait pas qu'il y aurait des victimes. » Ni autant. Il ajoute : « J'ai aussitôt contacté tous les gens que je connaissais, ils vont bien. »

Xuyen Lam, lui, est encore dans le doute. Cet ingénieur exploitation a de nombreux amis chez Roshan, pour y avoir travaillé de 2003 à 2007, dont deux ans à temps plein. « J'ai vu l'état des locaux, c'est horrible, réagit-il. J'ai des amis qui ont été touchés mais je ne sais pas si j'ai perdu des proches. On n'a pas encore le nom des personnes décédées… »

« Il est difficile d'avoir des informations à distance car l'explosion a détruit une grande partie du réseau de communications », ajoute Benoît Cellario, responsable grands comptes internationaux.

« Une tristesse infinie »

« Nous ne sommes pas naïfs : nous savons que l'Afghanistan est un pays compliqué, poursuit Martin Péronnet. Les mesures de sécurité sont énormes car les attentats fréquents. L'un de nos bus a explosé il y a quelques mois, heureusement sans faire de victimes. On sait qu'il y a un risque, mais jamais nous n'aurions imaginé un drame de cette ampleur. »

Aussitôt la nouvelle de l'attentat connue, Martin Péronnet a réuni l'ensemble du personnel de Monaco Telecom pour les en informer. « Nous ressentons tous une tristesse infinie, confie-t-il. Nous sommes très proches de nos collègues de Kaboul tout au long de l'année. Même si tous nos contacts au quotidien sont sains et saufs, nous sommes tristes pour les victimes et leur famille, et pour la destruction d'une entreprise que nous avons contribué à bâtir depuis quinze ans. »

Une entreprise qui compte aujourd'hui un millier de salariés et plus de six millions de clients. Et qui doit maintenant se reconstruire. Shireen Rahmani sera l'un des piliers de cette reconstruction. Entrée chez Roshan comme simple agent d'accueil, elle est aujourd'hui directrice des ressources humaines. Pour Martin Péronnet, il s'agit d'un « personnage emblématique qui comptera de plus en plus dans l'entreprise ».

Désormais plus que jamais.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.