“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco s’engage contre le financement du terrorisme

Mis à jour le 01/06/2019 à 10:15 Publié le 01/06/2019 à 10:15
Rémi Mortier et Gabriella Battaini-Dragoni, Secrétaire générale adjointe du Conseil de l’Europe, lors du dépôt de l’Instrument de ratification de la Convention .	(DR)

Monaco s’engage contre le financement du terrorisme

Rémi Mortier, ambassadeur représentant permanent de Monaco auprès du Conseil de l’Europe, a déposé l’Instrument de ratification permettant à la Principauté de devenir le 35e Etat partie à la Convention relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation des produits du crime et au financement du terrorisme.

Rémi Mortier, ambassadeur représentant permanent de Monaco auprès du Conseil de l’Europe, a déposé l’Instrument de ratification permettant à la Principauté de devenir le 35e Etat partie à la Convention relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation des produits du crime et au financement du terrorisme.

Cette Convention, ouverte à la signature depuis 2005, entrera en vigueur pour Monaco, le 1er août 2019.

C’est le premier instrument international combinant à la fois la prévention et la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Il actualise une Convention de 1990 afin d’élargir l’action des Etats à la lutte contre le financement du terrorisme au travers d’activités légales.

La Principauté confirme, par cette adhésion, sa détermination constante à lutter contre le blanchiment d’argent.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.