Rubriques




Se connecter à

La police tire à deux reprises pour stopper un fuyard

Deux tirs par armes à feu.

thibaut parat et Christophe cirone Publié le 27/08/2018 à 05:22, mis à jour le 27/08/2018 à 05:22
Samedi soir, un homme s'est soustrait à un contrôle de police, en fuyant vers Nice. Il a été interpellé et placé en garde à vue.
Samedi soir, un homme s'est soustrait à un contrôle de police, en fuyant vers Nice. Il a été interpellé et placé en garde à vue. Jean-François Ottonello

Deux tirs par armes à feu. Droits dans les roues d'un véhicule.

Samedi soir, aux alentours de 23 heures, les policiers de la Sûreté publique de Monaco ont dû user des grands moyens pour tenter de stopper un automobiliste en délit de fuite, un Français de 46 ans, « au comportement menaçant et dangereux ». Mais ni le barrage dressé sur l'un des ronds-points de la dorsale, ni les balles n'auront suffi à freiner la course de sa Mercedes. Dans la délicate opération d'interpellation, un fonctionnaire de la police a été légèrement blessé.

Un pneu crevé

 

Malgré un pneu crevé, le quadragénaire parvient tout de même à quitter la Principauté et emprunte alors la Moyenne corniche (RD 6007), direction Nice. Une diffusion sur les ondes permet aux gendarmes de la compagnie de Menton de prendre le relais de leurs voisins monégasques.

Deux équipages du peloton de surveillance et d'intervention ainsi qu'un véhicule de la brigade de Cap-d'Ail prennent alors en chasse le fugitif. « Nous avons jalonné sa fuite, c'est-à-dire que nous avons suivi, en sécurité, le conducteur pour se renseigner sur son attitude, sur sa direction et aussi sur la plaque d'immatriculation, commente le chef d'escadron Nicolas Tasset, commandant de la compagnie de gendarmerie de Menton. Le but était de ne pas faire prendre de risques aux gendarmes, à l'environnement autour mais aussi à l'automobiliste en fuite. » Pas de course-poursuite folle, donc, sur les voies sinueuses de cette route départementale. En étroite collaboration avec la police nationale, les forces de l'ordre l'interpellent vers 23 h 30 à Nice, place Auguste-Blanqui, juste devant la gare ferroviaire de Nice-Riquier.

Là, visiblement en état d'ivresse et présentant des traces de sang à la pommette gauche, l'homme se montre désagréable et outrageant à l'égard des policiers.

Libéré et convoqué

par la justice

Dans la foulée, il est placé en garde à vue dans les locaux de la caserne Auvare, à Nice, pour « délit de fuite, outrages et refus d'obtempérer ».

 

Hier, il a été entendu par les enquêteurs du groupe d'appui judiciaire de la sûreté départementale de Nice. L'affaire rocambolesque, qui aurait pu franchement mal tourner, serait partie d'un différend avec un portier d'hôtel à Monaco. À l'issue de son audition, le quadragénaire, connu des services de police pour au moins un fait d'outrages, a été laissé libre et s'est vu délivrer une convocation en justice par un officier de police judiciaire. Le parquet de Nice est désormais dans l'attente d'une demande d'entraide internationale pour que la police monégasque puisse entendre l'homme en France dans le cadre d'une commission rogatoire.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.