“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco: brillant Ferry

Mis à jour le 29/12/2011 à 02:21 Publié le 01/08/2011 à 00:00
Bryan Ferry, le rocker britannique à la voix de velours, a donné samedi au Sporting un des meilleurs concerts de cette première partie d'été.	(Photo Gaëlle Rungi)

Bryan Ferry, le rocker britannique à la voix de velours, a donné samedi au Sporting un des meilleurs concerts de cette première partie d'été. (Photo Gaëlle Rungi) (Photo Gaëlle Rungi)

Monaco: brillant Ferry

Les amateurs de classic rock sont à la fête, cette année, au Sporting Summer Festival. Après Santana, Supertramp et Sting (et avant Joe Cocker le 5 août), c'est Bryan Ferry qui avait, samedi soir, les honneurs de la salle des Étoiles, bourrée à craquer pour accueillir l'ex-leader de Roxy Music.

Les amateurs de classic rock sont à la fête, cette année, au Sporting Summer Festival. Après Santana, Supertramp et Sting (et avant Joe Cocker le 5 août), c'est Bryan Ferry qui avait, samedi soir, les honneurs de la salle des Étoiles, bourrée à craquer pour accueillir l'ex-leader de Roxy Music. La soixantaine fringante et toujours très élégante (costume sombre, cravate, cheveux noir corbeau et mèche soigneusement brushée), plus grand et élancé qu'on ne l'imaginait, le crooner britannique n'a pas fait attendre son auditoire, entamant son concert à l'heure dite sur « I put a spell on you », un classique de Sreamin Jay Hawkins délivré en version lente pour se mettre en voix.

Pour cette tournée post-Olympia (titre de son dernier album), le brillant Ferry n'a pas lésiné. Il a tout pris en double : choristes, danseuses, guitaristes, clavistes et même batteurs.

La salle décolle avec « Slave to love »

Le son est puissant, mais maîtrisé. « Slave to Love », slow qui tue, fait décoller la salle vers les étoiles avec la majesté d'un Airbus A 380. Le set alterne idéalement reprises de Dylan (« Just Like Tom Thumb's Blues », « All Along the Watchtower »), Neil Young (« Like a Hurricane ») et John Lennon (« Jealous Guy »), titres du dernier album (« Alphaville ») , classiques de Roxy Music (« Avalon », « Oh Yeah ») et se termine sur un « Hold on (I'm Comin ) » de pur Rhythm'n'blues. Peu disert et souvent en retrait des projecteurs, Ferry se concentre sur son chant (voix toujours sublime) et laisse à ses musiciens et à ses danseuses le soin de faire le show. Sur « Like a Hurricane » une saxophoniste sosie d'Uma Thurman pousse un solo d'anthologie. Sur « My Only Love » (un vieux titre de Roxy période « Flesh and Blood »), ce sont les guitaristes qui se taillent la part du lion. La salle des Étoiles est sous le charme et voudrait que ça dure plus. Hélas ! Mr Ferry n'est pas un adepte des concerts marathons et il ne fait jamais de rappel. À l'arrivée pourtant, il sera vraiment difficile de dire quel était le plus beau concert de l'été au Sporting, entre celui-ci et celui de Sting en version symphonique. Les rockers british vieillissent décidément avec classe.

Philippe DUPUY


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct