“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Minute de solitude

Mis à jour le 15/07/2017 à 05:13 Publié le 15/07/2017 à 05:13
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Minute de solitude

Alors que les débats allaient démarrer, le conseiller d'opposition du groupe Rassemblement Bleu Marine, Jean-Jacques Guitard, a pris la parole.

Alors que les débats allaient démarrer, le conseiller d'opposition du groupe Rassemblement Bleu Marine, Jean-Jacques Guitard, a pris la parole. En hommage aux victimes de l'attentat du 14-Juillet et des terroristes islamistes en général, il a proposé une minute de silence, parce qu'il en marre… des minutes de silence ! S'il a reconnu s'associer à « la douleur et la tristesse des familles », il a dénoncé les « annulations de festivités » et les minutes de silence à répétition qui, selon lui, font le jeu « des barbares sanguinaires ». C'est donc une ultime minute qu'il voulait observer jeudi soir, avant tout le monde. Le maire a refusé tout net. « Je suis respectueux, je ne cherche pas à profiter en faisant de la politique politicienne », a lancé Gérard Spinelli, rappelant que ce moment solennel, ce serait le 14. Jean-Jacques Guitard, ne l'entendant pas de cette oreille, s'est levé et a effectué sa (dernière ?) minute de silence, tout seul, sans le soutien de son groupe, alors que le conseil commençait…

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.