“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Mecaplast Production à Monaco: les salariés dans l'offensive

Mis à jour le 31/10/2014 à 09:48 Publié le 31/10/2014 à 09:11
Les délégués du personnel et délégués syndicaux de Mecaplast Production étaient réunis, hier, dans les locaux de l'USM.

Les délégués du personnel et délégués syndicaux de Mecaplast Production étaient réunis, hier, dans les locaux de l'USM. C.V.

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Mecaplast Production à Monaco: les salariés dans l'offensive

Alors que la direction de l’usine a annoncé il y a une semaine son intention de se séparer de 50 % du personnel, les syndicats contestent la pratique et le trop grand nombre de départs

Alors que la direction de l’usine a annoncé il y a une semaine son intention de se séparer de 50 % du personnel, les syndicats contestent la pratique et le trop grand nombre de départs

La nouvelle est tombée comme un couperet le 24 octobre dernier. Mecaplast Production a choisi de supprimer 67 postes sur son site de production monégasque. Soit 50 % des effectifs.

« Cela faisait des mois que nous attendions des réponses. On a vu que le chiffre d'affaires de notre site diminuait petit à petit. Nous perdions de la production au profit d'autres sites du groupe en Europe de l'Est ou en Chine. Mais nous ne nous attendions pas à ce que ce plan concerne 50 % du personnel », expliquent Raphaël Routier et Jean-François Vestri.

>>LIRE AUSSI.

Ils sont délégués syndicaux et du personnel de Mecaplast et se sont exprimés hier pour la première fois depuis l'annonce choc de la direction.

Selon eux, « la direction plaide qu'ils n'ont pas le choix. Nous, nous pensons qu'il y a d'autres moyens de faire et nous contestons ce trop grand nombre de licenciements. Ils n'ont pas tout tenté pour préserver la production en Principauté ».

Climat électrique

Fin juillet, une partie des salariés avait déjà donné l'alerte en débrayant une matinée. Pour marquer leur inquiétude face à la rumeur de diminution de la production sur le site de Fontvieille.

Aujourd'hui, les délégués du personnel parlent d'une ambiance électrique, d'un climat « agressif » depuis lundi au sein de l'usine. « Les gens sont abattus, ils ne comprennent pas. »

La moyenne d'âge est de 49 ans au sein du personnel. Et celle de l'ancienneté, de 24 ans. « On pense qu'il va y avoir des volontaires pour partir, mais jamais 67. Des gens qui ont plus de trente ans de maison vont être licenciés », déplorent les délégués syndicaux.

Cette annonce a aussi soulevé d'autres questionnements dans les rangs des salariés. « Comment l'usine va continuer à tourner avec 50 % du personnel ? Et quel sera le quotidien des salariés qui vont rester ? On nous dit que le site monégasque est trop excentré, pas pratique, que le coût du transport et de la main-d'œuvre est trop élevé. À côté, nous apprenons que la direction ouvre une usine en Serbie, en construit une quatrième en Chine et qu'on double la surface de celle de Grande-Bretagne... »

>>LIRE AUSSI.

Avant le démarrage des négociations, la direction de Mecaplast a accepté les conditions liminaires des salariés, notamment d'être épaulés par l'Union des Syndicats de Monaco pour défendre leurs droits.

« Nous ne sommes pas encore dans le démarrage des négociations mais dans la vérification de toutes les données que fournit l'entreprise. L'État lui a donné 14 millions d'euros en 2013 pour financer du chômage partiel. Pourquoi ? Dans l'espoir d'un redémarrage de l'entreprise, alors qu'aujourd'hui on licencie », déplore Anne-Marie Chaigneau, membre du bureau fédéral de l'USM.

Le ton est donné.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.