“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Maximiser le fonds de réserve constitutionnel monégasque

Mis à jour le 08/01/2014 à 08:20 Publié le 08/01/2014 à 07:08
La Principauté de Monaco présente une bonne santé financière et dispose d'un bas de laine confortable : le fonds de réserve constitutionnel, dont la partie liquide s'élève à 2 milliards d'euros.

La Principauté de Monaco présente une bonne santé financière et dispose d'un bas de laine confortable : le fonds de réserve constitutionnel, dont la partie liquide s'élève à 2 milliards d'euros. Eric Dulière

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Maximiser le fonds de réserve constitutionnel monégasque

La partie liquide s’élève à environ 2 milliards d’euros. Le conseiller de gouvernement pour l’économie et les Finances JeanCastellini veut rentabiliser au mieux

La partie liquide s’élève à environ 2 milliards d’euros. Le conseiller de gouvernement pour l’économie et les Finances JeanCastellini veut rentabiliser au mieux

La Principauté présente une bonne santé financière. Elle dispose d'un confortable bas de laine : le fonds de réserve constitutionnel (FRC).

Le gouvernement a fait réaliser un audit sur la gestion et les performances des avoirs du fonds, dont la partie liquide représente environ 2 milliards d'euros.

Jean Castellini, conseiller de gouvernement pour l'Économie et les Finances, a dévoilé le résultat de ce rapport à la fin de l'année dernière devant les élus du Conseil national.

Il a d'abord évoqué les frais de transaction. Il existe plusieurs types de frais qui peuvent être appliqués.

« L'étude a identifié une centaine de frais possibles. » L'objectif est donc d'en supprimer certains et d'en réduire d'autres.

« Niveaux de risques acceptables »

Le conseiller a précisé que le FRC était géré par des professionnels. « Une quinzaine d'entités gèrent des fonds investis sur les marchés ou des fonds spécialisés. Des avoirs significatifs sont confiés à des sociétés de gestion, dont certaines sont à Monaco. Nous ne pouvons leur en confier davantage car nous représenterions une part trop importante de leurs avoirs, ce qui constituerait un risque pour eux. Parfois, c'est même interdit dans leurs règles de gestion interne. »

Il a aussi rappelé qu'il faut « rester avec des niveaux de risques acceptables et conserver une gestion en bon père de famille ».

Donc maximiser les avoirs oui, mais avec discernement.

Jean Castellini a enfin indiqué que des outils étaient en train d'être mis en place, afin de suivre l'évolution des fonds en temps réel pour pouvoir prendre des décisions éclairées.

Il souhaite par ailleurs que se mette en place « une discipline de gestion ». Par cela, il entend que les bénéfices réalisés puissent être récupérés au meilleur moment possible afin d'éviter les risques liés, par exemple, à une baisse des marchés.

Il a conclu en précisant qu'il demeurait des questions pratiques à résoudre. Les élus en sauront davantage dans les mois à venir. Le conseiller devrait revenir devant eux pour évoquer à nouveau cette question.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.