“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Lou Doillon: "J'étais floue, je suis devenue nette"

Mis à jour le 04/11/2013 à 08:24 Publié le 04/11/2013 à 08:19
C'est au Midem de Cannes, où elle a donné son premier show-case professionnel en janvier 2013, que l'aventure scénique de Lou Doillon a véritablement commencé...

C'est au Midem de Cannes, où elle a donné son premier show-case professionnel en janvier 2013, que l'aventure scénique de Lou Doillon a véritablement commencé... Serge Haouzi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Lou Doillon: "J'étais floue, je suis devenue nette"

Avant son concert de vendredi à l’opéra Garnier de Monaco, la chanteuse se retourne sur l’année de folie qu’elle a vécue depuis la sortie de son premier album

Avant son concert de vendredi à l’opéra Garnier de Monaco, la chanteuse se retourne sur l’année de folie qu’elle a vécue depuis la sortie de son premier album

C'est au Festival de cinéma américain de Deauville qu'on retrouve Lou Doillon, toute étonnée d'être là, un an après la sortie de son premier album, le bien nommé Places (Barclay). Euphorique à l'idée de faire partie du « grand » jury, à la demande expresse du président Vincent Lindon (elle qu'on n'invitait jusque-là que pour son image people liée à la « famille Gainsbourg ») et encore sur le nuage d'une tournée des festivals d'été qui l'a vue passer notamment par les Voix du Gaou. Après Magma, Alex Hepburn et Pascal Obispo, la chanteuse est à l'affiche vendredi des concerts d'automne de l'opéra Garnier à Monaco (voir en encadré). A cette occasion, elle a accepté de se retourner sur l'année de folie qu'elle vient de vivre…

Avec plus de 250 000 exem-plaires vendus, votre premier album est le succès surprise de l'année. Qu'est-ce que ce succès a changé pour vous ?

Je dirais que, grâce à lui, je suis devenue nette. Avant, j'étais floue. On ne savait pas trop où me situer et je trimballais une fausse image de people qui ne correspondait pas du tout à ce que j'étais. Ce que l'album a fait de très joyeux, c'est qu'il m'a définie. On sait mieux aujourd'hui qui je suis et ce que je fais…

Vous étiez chanteuse et musicienne et personne ne le savait, à part votre mère. Comment est-ce possible ?

Quelque part, je l'ignorais moi-même. Être sur scène, chanter, faire la route dans un bus avec les musiciens, c'était tout ce que j'aimais et je ne le savais pas. Je pensais avoir trouvé cela au cinéma et au théâtre, mais ce n'était qu'une partie de l'expérience. Le vrai truc, c'est ça : être sur scène et chanter devant un public. C'est une sensation incroyable. Je comprends que les rock stars deviennent folles. Vous dites « Tapez des mains » et 20 000 personnes tapent dans leurs mains. Vous leur dites d'arrêter et elles s'arrêtent. C'est une sensation de pouvoir inouïe ! Après ça, vous rentrez à la maison et même le chien refuse de s'asseoir quand vous le lui demandez. Comment voulez-vous ne pas partir en vrille ? (Rires)


Plus d’infos sur iPad ou sur le Journal en ligne


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.