“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Logements domaniaux à Monaco: pénurie de deux-pièces

Mis à jour le 11/04/2013 à 08:49 Publié le 05/04/2013 à 07:06
Les Jardins d'Appoline viennent d'être livrés. Cependant, les élus crient à la pénurie de logements domaniaux.

Les Jardins d'Appoline viennent d'être livrés. Cependant, les élus crient à la pénurie de logements domaniaux. Eric Dulière

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Logements domaniaux à Monaco: pénurie de deux-pièces

La problématique avait été largement évoquée au cours de la campagne électorale. Aujourd’hui encore, les conseillers nationaux de la majorité tirent la sonnette d’alarme

La problématique avait été largement évoquée au cours de la campagne électorale. Aujourd’hui encore, les conseillers nationaux de la majorité tirent la sonnette d’alarme

S'il est un sujet qui a mobilisé les candidats pendant la campagne électorale, c'est bien celui du logement. Au cours d'un point presse au Conseil national en début de semaine, le président Laurent Nouvion est revenu sur la tenue de la commission d'attribution des logements domaniaux le mercredi 27 mars dernier. Il a précisé que Bernard Pasquier était présent, représentant l'opposition, conformément à ce qu'il avait annoncé lors de son installation dans l'hémicycle.

Le président de la CISAD (Commission des Intérêts sociaux et des Affaires diverses) Thierry Poyet est revenu en détail sur cette réunion*. « 187 logements étaient mis en attribution pour 453 pétitionnaires ! Les demandes de 2-pièces n'ont reçu que 35 % de réponses favorables. C'est le type d'appartement qui manque le plus.

Prioritaires parmi les prioritaires

Entre les personnes qui ont un appartement trop petit à cause, notamment de la naissance d'enfants, et celles qui n'en ont même pas et qui sont hébergées, on arrive à 226 demandes. Cela montre bien la pénurie : il n'y a même pas assez de logements pour les besoins prioritaires. » A quoi tient donc cette notion de priorité ? Tout dépend du nombre de points que le pétitionnaire a à son crédit. Le barème de notation prend en compte la situation matrimoniale avec le nombre d'enfants, l'actuel logement (par exemple s'il est en rez-de-chaussée et bruyant, la situation d'inconfort peut être flagrante), etc. « Ce calcul de points a un avantage mais tellement de choses entrent en jeu que parfois certains critères prioritaires s'effacent à cause d'autres critères», constate Thierry Poyet.

Modifier le barème

« Le Conseil national va engager une réflexion très active et rapide pour modifier les critères d'attributions, indique Laurent Nouvion. Nous avons rappelé au gouvernement la proposition formulée pendant la campagne électorale visant à créer une foncière d'État. »

La liste des appartements disponibles s'enrichit grâce aux livraisons telles qu'en ce moment les Jardins d'Apolline mais aussi lorsque certains sont rendus à l'occasion d'un déménagement ou d'un décès. Cependant, « Sur les 187 logements, 60 ont été récupérés. C'est peu parce que les pétitionnaires viennent du secteur libre ou étaient hébergés, précise Thierry Poyet. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les appartements « rendus » doivent être rénovés, ce qui va allonger les délais. »

Le président de la CISAD a indiqué que les représentants du Conseil national avaient réclamé au gouvernement davantage de communication et de transparence notamment sur les documents que doivent fournir les pétitionnaires.

*Jean-Michel Cucchi, président de la commission logement, était en déplacement lors de la conférence de presse.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.