Rubriques




Se connecter à

Les voitures reformées de l'administration monégasque vendues par les Domaines

Deux fois par an, les Domaines organisent une vente de voitures « réformées » ayant appartenu à l’administration et de véhicules de particuliers considérés comme « épaves »

Julie Baudin Publié le 14/02/2014 à 07:06, mis à jour le 17/02/2014 à 07:56
Vente (Julie) - 24342186.jpg
La part des deux-roues, et essentiellement des scooters, est toujours très importante. En 2013, il y a eu 247 offres pour les deux-roues. Et la plupart ont trouvé preneur.

Une berline de 100.000 kilomètres ayant peut-être appartenu à un haut fonctionnaire de la Principauté. Intéressant non ? Tentez le coup !

Aujourd'hui jusqu'à midi vous pouvez encore avoir la chance d'en devenir le propriétaire. Et pour un prix qui sera peut-être aussi dérisoire.

Deux fois par an, l'administration des Domaines se débarrasse de ses quelques voitures ou deux-roues « réformées » et vend toutes celles considérées comme épaves terrestres selon la loi du 24 janvier 1967. Et il y en a ! (voir encadré)

 

L'offre la plus élevée l'emporte

Des véhicules, allant de la berline à la camionnette en passant par l'utilitaire. Et pour les deux roues, beaucoup de vélos et de scooters. Des engins qui ne sont pas toujours en très bon état, sauf pour ceux ayant appartenu à l'administration.

Une sorte de garage « à la Prévert » où, outre les ferrailleurs, carrossiers et autres professionnels, des particuliers viennent traquer « la » bonne affaire…

Hier après-midi, les retardataires se pressaient à l'avant dernier jour d'exposition à la fourrière administrative du parking Saint-Nicolas dans le quartier de Fontvieille. Certains seront encore là ce matin.

La plupart sont des Français. Des habitués venus parfois de loin dans l'espoir de « faire un coup de poker ! ».

Car ici pas d'enchères qui font grimper la note. Les clients font une seule offre et c'est la plus élevée qui l'emporte1.

 

L'année dernière, un vélo et six deux-roues sont partis pour moins de 10 euros chacun ! Quant aux voitures, pour quelques centaines d'euros, maximum 1 000 euros, vous pouvez tomber sur une perle.

« Il y a cependant rarement des voitures de dernier cri,précise l'administration des Domaines.Mais ça peut arriver. Et si c'est le cas et que l'offre est trop basse, on peut être amené à la refuser. Mais cela n'est encore jamais arrivé. »

En général, à l'issue du mois de vente tous les véhicules ont trouvé preneur. « S'il en reste, ils sont remis à la vente la fois d'après ou sont détruits s'ils ne sont pas en bon état. »

On essaye… avec les yeux !

Car attention, cependant : les clients achètent en l'état. Et de cet état, ils ne peuvent en juger qu'avec leurs yeux… Pas question donc d'essayer, ni même de faire tourner le moteur ou d'aller farfouiller en profondeur dans les entrailles. Et si le véhicule est fermé, on ne peut même pas y entrer. Pour les épaves, l'administration n'a parfois même pas la clé ! Il faut donc éviter de s'emballer et surtout se méfier de tout ce qui brille…

Et c'est ce qui est arrivé à Jean-Claude l'année dernière. « Là, franchement, j'avais fait une sacrée connerie ». Il était venu pour acquérir une petite voiture de première main pour son fils, il l'a eue ! « Pour 500 euros ». 15 ans d'âge, un peu plus de 200 000 km au compteur. Le seul hic. Il n'a pas pu regarder au cœur et en l'état, la voiture était bel et bien une « épave ».

Mais Jean-Claude est revenu cette année. Trois fois déjà pour cette vente. Il a d'abord attendu placidement son heure. Et puis hier, il est tombé sous le charme des beaux yeux d'une nouvelle voiture qui ferait assez son bonheur. Il a donc fait son offre - « chutttt… » - qu'il a envoyée par formulaire sous pli cacheté à l'administration des Domaines.

 

Pascal lui, n'a jamais eu aucun souci. Les Domaines ? Cela fait quelques années que ce « carrossier pas très loin d'ici », y vient. Pour lui ou pour le boulot. Et il affirme qu'« ici on peut faire de vraies affaires, mais faut savoir être malin… Les voitures réformées par exemple, ça peut être une réelle bonne affaire… »

Julie BAUDIN

jbaudin@nicematin.fr

1 : À l'issue de l'exposition, toutes les offres sont ouvertes en présence du contrôleur général des dépenses.

Vente (Julie) - 24342182.jpg
Les véhicules sont visibles aujourd'hui jusqu'à midi au parking Saint-Nicolas dans le quartier de Fontvieille. Charly Gallo/Centre de presse.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.