“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Les résultats de la Société des Bains de Mer à Monaco passés à la loupe

Mis à jour le 26/06/2015 à 08:52 Publié le 26/06/2015 à 08:50
Jean-Luc Biamonti, président délégué de la SBM, hier, en conférence de presse.

Jean-Luc Biamonti, président délégué de la SBM, hier, en conférence de presse. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les résultats de la Société des Bains de Mer à Monaco passés à la loupe

A l’issue de la réunion du conseil d’administration de la Société des Bains de Mer, le président délégué a expliqué les raisons qui creusent la perte opérationnelle de 11,8 à 31,5 M€ sur un an

A l’issue de la réunion du conseil d’administration de la Société des Bains de Mer, le président délégué a expliqué les raisons qui creusent la perte opérationnelle de 11,8 à 31,5 M€ sur un an

"Le chiffre d'affaires de la Société des Bains de Mer est en recul et passe de 472,5 à 452,4 millions d'euros et le résultat opérationnel est déficitaire de 31,5 millions".

Mercredi, Jean-Luc Biamonti a donné une conférence de presse à l'issue de la réunion du conseil d'administration qui a arrêté les comptes annuels 2014/2015. Et comme il en a l'habitude, le président délégué du groupe n'a pas éludé les questions.

Seule société cotée en bourse à Monaco, la SBM a des obligations de transparence et de vulgarisation à l'égard des actionnaires. Jean-Luc Biamonti a ainsi souligné que "la baisse affecte les jeux (6%) et l'hôtellerie (5%), alors que le chiffre d'affaires locatif progresse de 11%".

Ce dernier secteur s'avére d'un très bon rapport. Par exemple, deux des trois villas de luxe du Sporting ont été louées. L'une, de 500 m2, a fait l'objet d'un bail signé pour dix ans, à raison d' "un peu moins de 200.000 euros par mois".

Les jeux sont donc le secteur le plus affecté, le chiffre d'affaires passant de 207,9 à 196,4 millions d'euros. Et ce sont encore les jeux de table qui accusent le plus le coup : - 13%. "C'est là où il y a le plus fort aléa,note Jean-Luc Biamonti. Sur un seul joueur on a une différence de 20 millions entre ses pertes de 2014 et ses gains de 2015. Le retrait du chiffre d'affaires est ainsi assez concentré sur quelques joueurs"

Optimisme de façade

Les jeux automatiques ne sont eux en recul que de 3%. "Pour les machines à sous, nous étions sur une baisse assez forte. Mais depuis que nous avons ouvert 24h/24, nous avons inversé la tendance." C'est pourquoi le président délégué reste confiant. "Nous sommes plus optimistes que les chiffres le montrent. Ce n'est pas un déclin inquiétant de la clientèle."

À noter le coût du statut unique des jeux. Il sera de 18 millions d'euros au total, mais représente, cette année, "une charge exceptionnelle de 7,6 millions".

Hôtel de Paris: 50% du business conservé

Le repli du chiffres d'affaires hôtelier s'explique par les travaux de l'Hôtel de Paris. Totalement fermé au troisième trimestre 2014, l'établissement n'a pu rouvrir que quarante chambres en décembre dernier ; ce qui le contraint à un recul de 11,5 millions d'euros par rapport à l'exercice précédent.

"Nous pensions récupérer 25% du business de l'hôtel de Paris dans les autres établissements. Finalement, on arrive à 50%. C'est donc très satisfaisant."

S'est également rajoutée la rénovation partielle des Thermes Marins Monte-Carlo aujourd'hui terminée.

"Nous sommes très satisfaits du résultat,a expliqué Jean-Luc Biamonti.Nous avons vendus les 700 abonnements que nous souhaitions. Nous avons même 702 abonnés exactement. Maintenant nous nous posons la question de l'opportunité d'une seconde tranche de travaux des deux étages non encore rénovés."

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.