“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les réseaux mobiles doivent jouer les passe-murailles à Monaco

Mis à jour le 19/02/2014 à 08:24 Publié le 19/02/2014 à 07:12
Le Grand Prix rassemble, sur une surface très réduite, de très nombreux consommateurs de données.

Le Grand Prix rassemble, sur une surface très réduite, de très nombreux consommateurs de données. Franz Chavaroche

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Les réseaux mobiles doivent jouer les passe-murailles à Monaco

Le président de Huawei France est venu présenter aux entrepreneurs monégasques l’avenir des technologies de l’information et de la communication. Là où Monaco vise l’excellence

Le président de Huawei France est venu présenter aux entrepreneurs monégasques l’avenir des technologies de l’information et de la communication. Là où Monaco vise l’excellence

Tout a commencé à près de 10 000 kilomètres de la Principauté, lors d'une mission de la Chambre de développement économique entre Honk Kong et Shenzen, en 2013.

Monaco Telecom avait profité de cette occasion unique pour signer un accord de partenariat avec Huawei, une société qui s'occupe des infrastructures de télécommunication de plus d'un tiers de la population mondiale. Et qui est, par ailleurs, le troisième constructeur mondial de smartphones.

Le but : permettre à l'opérateur historique monégasque de travailler sur ses faiblesses en matière de réseau de téléphonie mobile. Monaco Telecom doit en effet gérer une problématique bien particulière liée à une densité immobilière extraordinaire, à de nombreux tunnels et parkings souterrains et, surtout, à l'exigence d'excellence de la Principauté, qui ne peut se permettre, au vu de son tissu économique et de sa fréquentation haut de gamme, l'à-peu-près.

Travailler la résilience

C'est d'ailleurs cette problématique que sont venus expliquer Martin Perronet, directeur général de Monaco Telecom, et François Quentin, président de Huawei France, lors d'un déjeuner-débat organisé au Café de Paris avec la CDE (lire ci dessous).

L'idée principale est d'utiliser le potentiel technique de la société chinoise pour obtenir un réseau téléphonique et de données qui ne connaisse pas la moindre coupure.

« Les utilisateurs veulent la permanence du service et de la fluidité, explique François Quentin. Les systèmes doivent donc devenir plus résilients. La qualité du service est la condition de la réussite. » Le travail sur le réseau « indoor », sur lequel Huawei excelle, est l'une des clefs de la réussite.

Le béton ne doit plus être un obstacle à la bonne réception du réseau. Qu'il soit à l'extérieur, dans une tour ou de passage dans un tunnel, le consommateur ne doit même plus avoir à se poser de question. Et c'est bien le principal enjeu du travail commun et continu lancé depuis un an entre les deux sociétés.

Pour autant, la pénétration des réseaux n'est pas l'unique problème que rencontre l'opérateur. L'existence de manifestations hors normes, à l'instar du Grand Prix, l'oblige à gérer les besoins énormes, dépassant la centaine de milliers de personnes concentrées sur un espace très réduit durant un temps tout aussi restreint. Huawei a ainsi permis, l'an passé, de mettre en place en moins de trois mois la connexion 3G, puis 4G, sur un tel événement. Des débuts prometteurs, donc, pour une association dont dépend en grande partie l'avenir en matière de télécommunication de la Principauté.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.