“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les pompiers empêchés de mettre le feu !

Mis à jour le 10/08/2018 à 05:13 Publié le 10/08/2018 à 05:13
Les pompiers de la Turbie, toujours prêts à affronter le danger, comme toujours prêts à faire la fête !

Les pompiers de la Turbie, toujours prêts à affronter le danger, comme toujours prêts à faire la fête ! M. E. C.

Les pompiers empêchés de mettre le feu !

Ils sont habitués à éteindre les incendies, à l'exception de leur grand bal annuel, où les sapeurs-pompiers ont le droit - voire le devoir - de mettre le feu !

Ils sont habitués à éteindre les incendies, à l'exception de leur grand bal annuel, où les sapeurs-pompiers ont le droit - voire le devoir - de mettre le feu ! Ils y parviennent toujours et le succès de fréquentation est l'occasion pour les soldats du feu d'alimenter leurs fonds sociaux avec les recettes des stands snack et boissons. Samedi soir, c'était le grand soir pour la caserne de La Turbie, dont une trentaine de sapeurs-pompiers animaient les stands et le dancefloor.

Et puis, vers 22 heures, le DJ qu'ils avaient engagé voyait son installation cramer, griller, s'éteindre. Les sapeurs-pompiers ne purent rien faire pour la réanimer. Jamais à bout de ressources pourtant, ils purent compter sur l'aide d'un jeune Turbiasque, le fils de l'épicier Taormina, qui apporta son installation personnelle. De quoi sauver la soirée, dans la joie et la bonne humeur, traditionnel striptease compris.

Marie-Evelyne Colonna


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct