“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Les Monégasques sont incollables sur les élections communales

Mis à jour le 10/02/2015 à 08:12 Publié le 10/02/2015 à 08:10
Les électeurs rencontrés au marché sont parfaitement au courant des différentes démarches pour participer à l'élection et connaissent le rôle des différentes institutions monégasques.

Les électeurs rencontrés au marché sont parfaitement au courant des différentes démarches pour participer à l'élection et connaissent le rôle des différentes institutions monégasques. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les Monégasques sont incollables sur les élections communales

Les électeurs sont parfaitement éclairés sur le déroulement du scrutin et de ses enjeux. Ils attendent toutefois de connaître plus précisément les programmes pour faire leur choix

Les électeurs sont parfaitement éclairés sur le déroulement du scrutin et de ses enjeux. Ils attendent toutefois de connaître plus précisément les programmes pour faire leur choix

Que savent les Monégasques des élections, et plus spécialement de la communale ? Tout ! Ils sont incollables en la matière. Un petit tour au marché en ce dimanche suffit à le confirmer.

Sur une dizaine de personnes interrogées, pas une seule ne s'est trompée. La date des élections ? «Les deuxième et troisième dimanches de mars», lance Élizabeth sans hésiter.

>>RELIRE.

«Le 15 mars», annonce Sonia. Pour Jacques et Ghislaine «c'est mi mars».

Bonnes réponses : le premier tour aura lieu le dimanche 15 mars, de 8 heures à 19 heures à l'Espace Léo-Ferré. Le cas échéant, le second tour se tiendra une semaine plus tard, soit le 22 mars.

Quels sont les candidats à la mairie ? Une fois de plus, 100 % de bonnes réponses.

«Le maire actuel Georges Marsan se représente avec une partie de son équipe, note Solange, 70 ans. L'autre candidat, c'est celui qui faisait du bobsleigh avec le prince… son nom m'échappe… Ah oui, c'est Franck Nicolas.»

>>RELIRE.
>>RELIRE.

Effectivement, Georges Marsan brigue son quatrième mandat. Le challenger n'est en revanche jamais passé par la case élection.

Cependant, rien n'empêche une autre tête de liste de se déclarer : légalement, le dépôt des candidatures pour le premier tour devra être effectué entre le 23 et le 27 février. L'arrivée d'un concurrent de dernière minute n'est donc pas impossible même si elle est peu probable.

4 ans pour la mairie, 5 ans pour le conseil national

Les Monégasques savent tous que «le mandat communal dure 4 ans. C'est 5 ans pour celui des conseillers nationaux», précise Solange. Tout juste. Les dernières élections nationales ont eu lieu le 10 février 2013.

>>RELIRE.

Les électeurs choisiront les élus nationaux en 2018. Mais avant cela, c'est le maire et ses adjoints qui seront déterminés. Ces derniers seront désignés par le biais du suffrage universel direct.

Seule question qui coince (et encore…) : quel est le type de scrutin ? Cette fois, si on veut pinailler, ça cafouille un peu.

L'intitulé exact n'est pas connu en revanche, tout le monde sait comment cela fonctionne : «On vote pour une liste sur laquelle on peut rayer un nom », explique Ghislaine. « C'est un scrutin de liste avec possibilité de panachage», énonce Sonia.

>>RELIRE.

«Attention, on peut barrer un nom mais il faut respecter tout un tas de consignes car on ne peut pas inscrire des signes de reconnaissance sur le bulletin. Il faut être vigilant», conclut Solange, décidément incollable sur le sujet.

Panachage précis

Très officiellement, il s'agit d'un « scrutin plurinominal majoritaire à deux tours avec possibilité de panachage et sans vote préférentiel ».

Pour être élus dès le premier tour, les candidats devront obtenir la majorité absolue (50 % des suffrages exprimés + un), mais il faut aussi qu'un quart du nombre des électeurs inscrits se soit rendu aux urnes. Si ces conditions ne sont pas remplies, il y aura un second tour. Cette fois, seront élus ceux qui auront obtenu la majorité relative, soit le plus grand nombre de voix.

Concernant le panachage, il est effectivement possible de rayer un nom ou plusieurs noms. S'il le souhaite, l'électeur peut les remplacer par le ou les nom(s) de candidats figurant sur une autre liste. Les noms erronés ou fantaisistes seront donc nuls.

>>RELIRE.

Pour tous ceux qui auraient quelques doutes ou questions sur les démarches concernant l'élection, ils peuvent joindre le standard de la mairie au 93.15.28.63.

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.