Les faits divers qui ont marqué l’année 2022 à Monaco

Décès d’un résident monégasque dans un crash d’hélicoptère, incendie mortel, tentatives de braquague et d’homicide volontaire... L’année écoulée a apporté son lot de sombres événements.

Article réservé aux abonnés
Thibaut Parat Publié le 31/12/2022 à 10:03, mis à jour le 31/12/2022 à 10:06
Le bilan de cet incendie fut lourd : neuf blessés pris en charge, dont deux pompiers, et le décès du sergent Thierry Pérard. Franz Chavaroche

Un pompier de Monaco meurt dans un violent incendie au Larvotto

Endeuillé l’an passé, le Corps des sapeurs-pompiers de Monaco a, à nouveau, plongé dans le deuil en 2022. Le 19 juin, le sergent Thierry Pérard, 51 ans dont 26 années de service en Principauté, perd la vie alors qu’il intervient, aux côtés de 80 de ses frères d’armes, sur un virulent incendie qui sévit dans un luxueux appartement de la résidence « Le 21 », avenue Princesse-Grace.

Un brasier comparé, a posteriori, à « un véritable feu d’entrepôt d’une puissance phénoménale » par le colonel Tony Varo, commandant de la Force publique. Les jours suivants, la Principauté rend un hommage national à ce sous-officier, époux et père d’une fille de 21 ans. Élevé au grade de sergent-chef et nommé chevalier dans l’Ordre de Saint-Charles, à titre posthume, Thierry Pérard a été dépeint par son chef de corps, le lieutenant-colonel Maxime Yvrard, comme un soldat du feu ayant montré « de belles qualités humaines et un sens du devoir hors du commun. C’était un homme d’action, réfléchi, rassurant en toutes circonstances et d’un calme face au danger, ce qui caractérise les soldats du feu expérimentés. »

À ce jour, l’enquête se poursuit pour déterminer les causes de l’incendie mais également celles qui ont mené au décès du sergent Thierry Pérard.

Selon nos informations, l’autopsie a conclu à une intoxication mais d’autres expertises doivent confirmer ces conclusions. Les causes de l’incendie, elles, demeurent toujours inconnues et deux expertises portent sur ce point. De nombreux prélèvements ont été réalisés sur site et le juge d’instruction s’y est également rendu. Aucune inculpation, donc, n’est encore intervenue dans ce dossier et le juge d’instruction demeure toujours saisi des chefs « d’homicide involontaire et blessures involontaires ».

Une tentative de braquage avortée à Monte-Carlo

Ce 27 septembre, les caméras de vidéosurveillance d’une enseigne de montres de luxe de Monte-Carlo ne manquent rien d’une tentative de braquage. Un couple entre dans la boutique, Madame essaye une montre - une Rolex Oyster Perpetual d’une valeur de 17 000 euros - et semble conquise. Puis, Monsieur dégaine une arme de poing de sa ceinture qu’il dépose sur la table, bien dissimulée par un sac de sport. La vendeuse ne voit rien de la manœuvre, son associé oui.

L’histoire n’ira pas plus loin car l’arrivée d’une personne du service de maintenance, extincteur en main, refroidit les apprentis braqueurs qui prennent alors la poudre d’escampette. Une plainte a été déposée par la commerçante mais, hormis une fausse alerte au port de Sainte-Maxime, les deux individus n’ont toujours pas été retrouvés.

Les deux individus n’ont toujours pas été retrouvés. DR.

Une jeune Monégasque poignardée à 20 reprises par son compagnon

Un miracle aux dires de nombreuses sources.

Le 17 avril à Monaco, dans le huis clos d’un appartement des Mandariniers aux Moneghetti, une Monégasque de 24 ans a survécu à une vingtaine de coups de couteau assénés par son compagnon de dix ans son aîné, lui aussi Monégasque et employé communal affecté au Jardin exotique.


En fuite, l’auteur présumé des faits a été interpellé dans la journée par les gendarmes azuréens au nord de Menton, dans le cadre d’un mandat d’arrêt international, puis placé sous écrou extraditionnel en France.


Selon nos informations, la procédure d’extradition n’a pas connu d’évolution majeure depuis lors, si ce n’est la parution en France du décret d’extradition.


Aucune date n’est encore prévue pour la venue du suspect en Principauté, lequel n’a donc pas encore été entendu par les enquêteurs monégasques.


Auprès de ces derniers, sur son lit d’hôpital, la victime a expliqué ce qui aurait pu pousser son conjoint à passer à l’acte : sa volonté de rompre avec lui. Leur liaison amoureuse était, selon le voisinage, chaotique et rythmée par de nombreuses disputes.

Nice-Matin.

Résident à Monaco, il perd la vie dans un crash d’hélicoptère sur les hauteurs de Villefranche

Le 25 novembre, un hélicoptère de la société Monacair, de type H130 T2, s’est écrasé sur les hauteurs de Villefranche-sur-Mer, en bordure de la Grande-Corniche.

En provenance de Lausanne en Suisse, l’aéronef se dirigeait vers la Principauté de Monaco avec deux personnes à son bord, dont le pilote, quand il a disparu des radars. Aucun des deux n’a survécu à ce terrible crash.

Le pilote, Nicolas Geslin, comptait 2 300 heures de vol à son actif et connaissait bien l’espace aérien de la Côte d’Azur. Le passager de l’hélicoptère, lui, était Vyacheslav Taran, originaire de Vladivostok.

Financier de nationalité russe, détenteur d’un passeport maltais, il était le président fondateur du groupe Libertex, dont le siège se trouve à Chypre, une plateforme de courtage en ligne, se présentant comme le leader dans les échanges de cryptomonnaies.

Ce père de trois enfants résidait à Monaco depuis plus d’une décennie et était marié à Olga Taran, fondatrice du magazine Hello Monaco.

C'était aussi en 2022

 

• 1er janvier : Un feu de bengale mal utilisé lors du passage à la nouvelle année provoque un incendie sur la terrasse d’une villa au 10 ruelle Sainte-Dévote. 32 sapeurs-pompiers et un drone sont déployés sur le Rocher pour circonscrire le feu.Bilan : 5 personnes incommodées par les fumées, dont 2 blessés transportés au CHPG.


• 12 février : 25 soldats du feu monégasques éteignent un incendie dans un appartement situé au 6, escaliers du Camping à Cap-d’Ail. Le logement est entièrement ravagé.Un pompier est blessé pendant l’attaque du feu.


• 24 février : Un fût métallique rempli d’un mélange de produits chimique explose dans un immeuble de grande hauteur industriel au 2, rue duGabian.Des vapeurs toxiques sont produites mais pas de feu. 30 sapeurs-pompiers procèdent à l’évacuation de l’immeuble, à des reconnaissances et relevés.Aucune victime à déplorer.


• 1er mars : A Cap-d’Ail, avenue Prince Rainier-III, 14 sapeurs-pompiers, un drone et un hélicoptère de la Sécurité civile porte secours à 2 ouvriers bloqués sur une paroi rocheuse, dont un grièvement blessé après une chute.Conditionnés par les spécialistes en secours périlleux, ils sont hélitreuillés et évacuées vers le CHPG.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.