“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Les éléphantes Baby et Népal proches d'une retraite princière

Mis à jour le 09/05/2013 à 20:10 Publié le 08/05/2013 à 07:13
Bientôt la tranquillité pour Baby et Népal ?
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les éléphantes Baby et Népal proches d'une retraite princière

Baby et Népal, les deux éléphantes d'un parc de Lyon soupçonnées d'être porteuses de la tuberculose, devraient échapper à l'euthanasie et passer une retraite dorée à Monaco, à l'invitation de la famille princière.

Baby et Népal, les deux éléphantes d'un parc de Lyon soupçonnées d'être porteuses de la tuberculose, devraient échapper à l'euthanasie et passer une retraite dorée à Monaco, à l'invitation de la famille princière.

Le rapporteur public a demandé hier au tribunal administratif de Lyon d'annuler l'arrêté du préfet du Rhône préconisant leur euthanasie. La décision définitive, qui a toutes les chances de suivre cet avis, sera rendue dans les deux semaines. « La solution de l'abattage apparaît excessive », a dit le rapporteur, relevant le manque de fiabilité des tests réalisés.

Si la décision définitive leur est favorable, elles connaîtront une retraite heureuse grâce à la princesse Stéphanie de Monaco, qui a proposé de les accueillir dans la propriété privée de la famille Grimaldi à Roc-Agel.

Une discussion était en cours pour établir une convention entre le cirque Pinder, propriétaire des éléphants, la ville de Lyon, la préfecture et Monaco pour organiser leur transfert.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.