Les déplacements en Principauté passés à la loupe

La Direction de la prospective, de l’urbanisme et de la mobilité a lancé une grande enquête pour connaître les habitudes des piétons comme des conducteurs dans Monaco

Axelle Truquet Publié le 03/04/2014 à 07:06, mis à jour le 03/04/2014 à 10:24
Les déplacements en Principauté passés à la l - 24928167.jpg
Séverine Canis-Froidefond, chef de service à la DPUM, et ses collaborateurs planchent depuis l'automne sur cette enquête de mobilité. Cyril Dodergny

La Direction de la prospective, de l’urbanisme et de la mobilité a lancé une grande enquête pour connaître les habitudes des piétons comme des conducteurs dans Monaco

Vous préférez emprunter le train pour venir en Principauté ? Vous êtes un adepte du deux-roues pour arpenter le pays ? À moins que vous ne juriez que par la marche à pied pour traverser Monaco ?

Chacun a ses petites habitudes, lorsqu'il s'agit de se déplacer. Mais dans un État de 2,1 km² où résident 36.000 personnes et dans lequel viennent travailler chaque jour 50.000 pendulaires, ces questions sortent de l'anecdotique pour devenir cruciales. Elles guident les schémas de mobilité et président aux décisions liées notamment aux projets d'infrastructures.

10.000 questionnaires envoyés

 

Régulièrement, des études sont menées pour actualiser ces informations déterminantes. Des formulaires viennent d'être expédiés à un panel de résidents, de salariés - par le biais des directions des ressources humaines des entreprises - et de parents d'élèves, via la Direction de l'Éducation nationale, de la jeunesse et des sports.

L'objectif est d'obtenir un échantillon représentatif de la population qui fréquente la Principauté. Et ce, bien entendu, en accord avec les principes de la CCIN, la Commission de contrôle des informations nominatives.

« Au total, près de 10.000 questionnaires sur papier ont été envoyés à un panel de scolaires, résidents et actifs choisis. Les deux dernières catégories disposeront d'exemplaires en trois versions : français, anglais et italien », précise Séverine Canis-Froidefond, chef de service à la DPUM (Direction de la prospective, de l'urbanisme et de la mobilité). Une traduction nécessaire dans un pays aussi cosmopolite que Monaco.

Par courrier ou par Internet

« Les personnes interrogées peuvent renvoyer le formulaire par courrier dans une enveloppe T fournie, ou choisir de répondre via Internet, précise Séverine Canis-Froidefond. Et ce portail web est ouvert à tous. Nous invitons donc tous ceux qui sont concernés, même ceux qui n'ont pas reçu le questionnaire papier, à le remplir par ordinateur. Cela ne prend que quelques minutes. »

 

En plus, des enquêteurs iront à la rencontre du public à la gare et aux points d'accès à la Principauté, aujourd'hui, jeudi 3 avril.

Les résultats seront ensuite compilés et analysés par un bureau d'études. La procédure prendra quelques mois. Cette enquête permettra d'ajuster les infrastructures et le schéma de circulation afin de limiter au maximum les embouteillages. Finalement, cela vaut le coup de prendre quelques instants pour y répondre afin d'éviter d'être coincé dans les bouchons de (très) longues minutes.

 

 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.