“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les BMW du mariage princier emportées par le succès

Mis à jour le 29/12/2011 à 01:12 Publié le 30/07/2011 à 00:00
Showroom de BAC Monte-Carlo à Fontvieille, hier, où l'ultime modèle « mariage princier » est encore exposé quelques jours. Ci-dessous : à l'intérieur du véhicule, une couronne plaquée sur le bouton de commande du tableau de bord rappelle la légende princière associée à la voiture…	(Photos Eric Dulière)

Les BMW du mariage princier emportées par le succès

Elles étaient 200 les voitures BMW Série 7 au mariage princier. Discrètes mais fort utiles. Un ballet de cylindrées mises à disposition par le constructeur automobile allemand de façon à organiser le transport des têtes couronnées, des stars et des chefs d'État durant les festivités des 1er et 2 juillet dernier.

Elles étaient 200 les voitures BMW Série 7 au mariage princier. Discrètes mais fort utiles. Un ballet de cylindrées mises à disposition par le constructeur automobile allemand de façon à organiser le transport des têtes couronnées, des stars et des chefs d'État durant les festivités des 1er et 2 juillet dernier.

Passées les agapes princières, les voitures - toutes noires - ont retrouvé le circuit commercial.

Une centaine de modèles ont ainsi été mis en vente en Europe et une autre centaine exclusivement en France.

En principauté, la concession BAC Monte-Carlo en avait gardé dix pour sa clientèle monégasque.

« Des clients sont venus nous voir en recherchant précisément ces voitures utilisées par le mariage. Les gens souhaitaient ce modèle devenu collector.

C'est un vrai succès lié à l'événement. Les modèles Série 7 sont commercialisés depuis la fin de l'année 2009 et là, l'effet mariage a été exceptionnel » se réjouit le directeur général Baptiste Lamaire.

Huit sont déjà vendues, deux en négociation en à peine un mois.

La concession monégasque pourrait même en faire venir d'autres pour contenter les éventuelles nouvelles demandes.

Customisation

Comme les fans du mariage tentant de dénicher les tasses, bougies ou bijoux créés autour de l'union du prince Albert II et de la princesse Charlène, les acheteurs ont précisément jeté leur dévolu sur ces voitures spéciales.

À l'intérieur, BMW a customisé les 200 modèles Série 7, en plaquant notamment un couronne sur le bouton I-drive (permettant de piloter le tableau de bord NDLR) et disposant des coussins brodés du même motif sur la banquette arrière.

Privilège pour les nouveaux propriétaires, ils reçoivent à la livraison de leur véhicule la plaque d'immatriculation éphémère mise en place pour circuler lors du mariage.

De quoi se la jouer VIP aussi par procuration !

Une (relative) bonne affaire

Derrière l'objet collector, une (relative) bonne affaire. Les véhicules, tout neufs, n'ayant servi que pour les journées du mariage ont été vendus comme véhicules d'occasion. À partir de 100 000 euros selon les modèles, soit avec une réduction de 20 % par rapport au prix classique.

À ce tarif, impossible par contre de savoir qui est monté dans la voiture que l'on achète.

Le roi de Suède ? Naomi Campbell ? Jean-Michel Jarre ? Ou encore Bernadette Chirac ? Le mystère demeurera…

Les 200 véhicules de BMW ont transporté têtes couronnées, stars et chefs d'É tat le 2 juillet dernier. Ici le prince Edward d'Angleterre et son épouse Sophie.
Les 200 véhicules de BMW ont transporté têtes couronnées, stars et chefs d'É tat le 2 juillet dernier. Ici le prince Edward d'Angleterre et son épouse Sophie. Franck Fernandes
Les BMW du mariage princier emportées par le  - 13798236.jpg

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct