“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Les audaces japonaises de Gutaï à Monaco

Mis à jour le 16/01/2013 à 14:49 Publié le 19/01/2013 à 07:07
(Photos DR)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les audaces japonaises de Gutaï à Monaco

Au sortir de la guerre, l'avant-garde artistique au Japon a manié le sabre pour tenter de se construire un avenir entre tradition et modernité. Trancher sur le conformisme, les habitudes voire les nouvelles tendances, tel était le credo du mouvement Gutaï qui visait l'originalité avant tout.  

Au sortir de la guerre, l'avant-garde artistique au Japon a manié le sabre pour tenter de se construire un avenir entre tradition et modernité. Trancher sur le conformisme, les habitudes voire les nouvelles tendances, tel était le credo du mouvement Gutaï qui visait l'originalité avant tout.

En expérimentant des matériaux de la vie quotidienne (vieux journaux, plaques métalliques, chambres à air, ampoules, eau, boue, sable...), en peignant avec leurs pieds, en cassant des bouteilles pour maculer la toile de couleurs éclaboussées, ces artistes ont initié au Levant l'action performante et transformé l'art ancestral de la révérence en irrévérence pure et dure.

La Sem-Art de Monaco rend hommage à ce groupe très actif jusque dans les années 1970, un peu oublié par la suite, et qui revient aujourd'hui sur le devant de la scène avec une rétrospective prochaine au Guggenheim de New York.

Des petits pois à Aix

Le fondateur du mouvement, Jiro Yoshihara dont on peut découvrir une huile somme toute assez classique, avait coutume de dire « Gutaï est une œuvre qui continue d'exister ».

C'est ce qu'il apparaît en visitant les deux étages de la galerie où se côtoient les compositions théâtrales de Shiraga Hazuo, les laques éclatantes de Tanaka Atsuko ou les créations de Yayoi Kusama qui fut contrainte de flirter avec la folie pour affirmer sa présence en tant qu'artiste femme dans le Japon conservateur des années 1920.

Une personnalité qui fit basculer les conventions avant l'émergence de Gutaï et qui aujourd'hui encore poursuit ses expériences sensorielles et artistiques.

Elle vient d'ailleurs d'habiller de petits pois blancs sur fond rouge les platanes du cours Mirabeau, à Aix, dans le cadre des manifestations liées à Marseille, capitale européenne de la culture.

À 83 ans, elle s'est imposée à Paris, Londres et New York, où des expositions lui ont rendu hommage. Aujourd'hui elle rayonne à Aix-en-Provence et à Monaco.

 


Gutaï Kusama. Jusqu'au 1er mars. Sem-Art Gallery. 20, rue de la Costa, à Monaco. Rens. 00.377.97.70.50.70.

Les audaces japonaises  de Gutaï à Monaco  - 19752618.jpg

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.