“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le trafic de drogue par hélicoptère devant la justice

Mis à jour le 25/03/2013 à 15:13 Publié le 25/03/2013 à 10:18
Repeint en noir, cet appareil avait déjà servi à transporter du cannabis entre le Maroc, l'Espagne et la région de Béziers. Une affaire ayant vu Gilbert Casanova, l'ancien président de la CCI d'Ajaccio et de la Corse-du-Sud être condamné à 8 ans en 2010.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le trafic de drogue par hélicoptère devant la justice

24 prévenus, dont une dizaine d’Azuréens et des Varois comparaissent à partir de ce matin à Marseille pour un trafic de drogue par hélicoptère entre le Maroc et la Côte d’Azur via l’Espagne

24 prévenus, dont une dizaine d’Azuréens et des Varois comparaissent à partir de ce matin à Marseille pour un trafic de drogue par hélicoptère entre le Maroc et la Côte d’Azur via l’Espagne

C'est un procès hors normes qui s'ouvre à partir de ce matin à Marseille et pour, théoriquement, trois semaines. Celui d'un tentaculaire trafic de drogue par hélicoptère entre le Maroc et la Côte d'Azur et le Var via l'Espagne en 2009 et 2010. Démantelé par la brigade des Stups de la police judiciaire de Nice en 2010, le procès de ce trafic dont la plaque tournante était le bassin cannois et l'aéroport de Cannes-Mandelieu se tient à Marseille car il a été instruit par deux juges de la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille (Jirse), deux anciens magistrats niçois, Philippe Dorcet et Christine Saunier-Ruellan. Les juges ont également mis en évidence des liens entre ce réseau tentaculaire et la mafia calabraise, la N'drangheta, afin de l'approvisionner en cocaïne.

Deux suspects niçois tués par balles

Vingt-quatre hommes seront à la barre, dont plusieurs sont détenus, et composent un casting assez étonnant.

On y trouve une dizaine d'Azuréens et de Varois : le Cannois Eric Jourdan, le Vallaurien Claude Lefevre, Diegue Campo, Krishna Leger, Cannois d'adoption et une figure corse, Francis Castola, membre présumé de la bande du « petit bar ». Il a « réchappé » d'un règlement de comptes en juin 2009 à Alata (Corse-du-Sud). Son frère Thierry et son père ont tous deux été tués dans des circonstances analogues.

La drogue destinée à la Côte

C'est en enquêtant en 2009 sur deux figures niçoises proches du grand banditisme, Thierry Derlan*, surtout connu pour ses évasions spectaculaires dont l'une des Baumettes en hélicoptère en juin 1999, et un proche Eric Berthuy dit « la Tortue » que ce dossier a pris naissance. Tous deux ont été tués dans des règlements de compte, Berthuy en 2009 à Marbella (Espagne) et Derlan à Nice en 2010.

Ces deux meurtres ne sont toujours pas élucidés. Après leur mort, les policiers niçois ont continué à surveiller leurs contacts. Et, en septembre 2010, ils ont ainsi interpellé sur une aire d'autoroute près de Narbonne, Castola, Léger et Eric Jourdan, qui rentraient d'Espagne avec une cargaison de 4,8 kg de cocaïne. Les magistrats et les enquêteurs ont alors déroulé une incroyable pelote qui les a conduits près de Cadix où un hélicoptère a été saisi, et son pilote, le Niçois Philippe Sormani, interpellé et mis en examen.

Non-lieu pour Tony l'Anguille

En fait, l'appareil qui s'est posé plusieurs fois à Cannes-Mandelieu servait à acheminer du cannabis depuis le Maroc. La drogue, destinée au florissant marché de la Côte d'Azur était ensuite transportée par « go fast », astucieusement cachée dans de puissantes berlines. Plusieurs autres suspects ont bénéficié d'un non-lieu, tel le célèbre Antoine Cossu (Tony l'Anguille), le bandit marseillais devenu romancier.

*Son nom exact est Drlan, mais prononçé Derlan.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.