“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Le ticket de bus augmente de 100%: les dents grincent

Mis à jour le 10/05/2012 à 08:49 Publié le 10/05/2012 à 07:07
(Photos J.D.)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le ticket de bus augmente de 100%: les dents grincent

Les usagers et les élus des Monégasques grognent. La décision du gouvernement de passer le voyage en bus de 1 à 2 euros est particulièrement mal ressentie

Les usagers et les élus des Monégasques grognent. La décision du gouvernement de passer le voyage en bus de 1 à 2 euros est particulièrement mal ressentie

Il vient d'y avoir l'augmentation des des parkings publics... et voilà pour le 1er juin la hausse du prix du bus !

Décidément, le printemps fait faire la grise mine. Car les nouveaux tarifs ne jouent pas avec quelques centimes du porte-monnaie. Ainsi le ticket de bus acheté au conducteur passe de 1 à 2 €, soit +100%. Il passera à 1,50 euro si le voyageur l'achète depuis une des dix bornes installées en ville, soit + 50%.

Jusqu'à + 176% !

Le prix du voyage au carnet, s'il est acheté à une borne, augmente de 38%, passant de 0,60 à 0,83 e.

Si un carnet est acheté au chauffeur, on atteint des sommets : 6 e les 10 voyages maintenant, 6 voyages pour 10 e à partir du 1er juin. Soit un prix qui passe de 0,60 à 1,66 e. Augmentation : +176% !

Face à cette décision du gouvernement, est montée une fronde générale.

Mercredi, en conférence de presse, le groupe R&E dénonçait« le déficit abyssal de la Compagnie des Autobus de Monaco (CAM), « entre 1,5 et 2 Mpar an ».Laurent Nouvion, leader de R&E, souligne « le dysfonctionnement interne de la CAM. Nous allons demander une réunion en urgence avec le gouvernement. »En fait de déficit, le gouvernement explique de son côté que les sommes allouées à la CAM ont fortement progressé. De 2,84 M€ en 2006, la subvention est passée à 7,9 M€. Avec R&E, Thierry Poyet comprend que « globalement, le gouvernement veut corriger, par la hausse des tarifs, l'écart budgétaire. »

L'Union des Monégasques (UDM), groupe majoritaire de la Haute assemblée, considère, de son côté, que cette mesure est «incohérente et inopportune. Incohérente parce que, pour 1 e, les usagers des transports en commun de la région voisine peuvent traverser pratiquement tout le département. (...) Inopportune parce que (...) de nombreux compatriotes ou résidents rencontrent de plus en plus de difficultés pour faire face à la hausse des charges (...). Y ajouter maintenant celle des transports en commun relève d'un manque de compréhension de la vie de nos concitoyens. »

«Stupéfait »

Dans la même ligne, le groupe UP se dit stupéfait. « Il est important à Monaco (...) de considérer que tous les habitants de Monaco et des environs n'ont pas forcément de gros moyens. (...) Le nombre de voyageurs a été pratiquement multiplié par 2, passant de 5,4 millions de voyageurs en 2006 à près de 8 millions en 2011. (...) Une politique de mobilité urbaine n'a de sens que si elle s'inscrit sur le long terme et se doit donc de continuer à proposer un service de qualité et des tarifs incitatifs et stables, en adéquation avec les offres de la région voisine. » Le conseil communal espère, quant à lui, que « cette augmentation très importante des tarifs, qui va à l'encontre de la politique menée depuis plusieurs années en Principauté pour favoriser les transports en commun, ne conduira pas les usagers à préférer leur véhicule individuel. »

Face à cette déferlante, la sagesse revient à Chantal, retraitée, de Nice : « Le bus reste bien meilleur marché que la voiture. Tout augmente...»

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.