Rubriques




Se connecter à

Le rideau se baisse ce dimanche sur la 36e édition du cirque

Et déjà sonne la fin du festival. Après dix jours de fête, d'émotion et d'applaudissements, les artistes entament leurs derniers tours de pistes. Une ultime ovation avant d'éteindre les lumières du chapiteau qui a vu, encore une fois, la magie du cirque opérer.

La rédaction Publié le 29/01/2012 à 07:11, mis à jour le 29/01/2012 à 12:00
Titre - 15799183.jpg
Le Show des Vainqueurs réunit tous les artistes récompensés pour la grande qualité de leurs numéros.

Et déjà sonne la fin du festival. Après dix jours de fête, d'émotion et d'applaudissements, les artistes entament leurs derniers tours de pistes. Une ultime ovation avant d'éteindre les lumières du chapiteau qui a vu, encore une fois, la magie du cirque opérer.

Car cette 36e édition a en effet été marquée par le meilleur. Soigneusement sélectionnées en amont par la princesse Stéphanie les troupes ont encore une fois tout donné, et pour la plupart, proposé des numéros inédits. Les spectateurs ont tour à tour tremblé avec les frères Varannes, ces motards fous dans leur globe d'acier infernal, ont éclaté de rire avec les clowns Michel et leurs jeux d'eau, ont frémi pour le jeune René Cassely et son numéro de bascule à dos d'éléphant... et tant encore ! Mais cette année pas de « circus blues » puisque c'est Pauline, la fille de la princesse, qui invite pour les prolongations avec New Generation - la première compétition pour jeunes artistes - qui démarre samedi prochain. Ça va déjà mieux...


Les deux dernières représentations ont lieu dimanche à 14 heures et 18h30. Tarifs : 10 à 30 euros en gradins et de 45 à 80 euros pour les fauteuils. Réservations sur www.montecarlofestival.mc ou sur place de 10 h à 13 h et de 14 h à 18 h. Rens. 00377.92.05.23.45.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.