Rubriques




Se connecter à

Le projet de centre aéré n'est pas abandonné à Solliès-Ville

Aucune contestation au dernier conseil municipal, qui s'est déroulé dans une ambiance très sereine. Les points à l'ordre du jour ont été adoptés à l'unanimité.

M. M. Publié le 27/09/2013 à 07:03, mis à jour le 27/09/2013 à 11:13
Le projet de centre aéré n'est pas abandonné - 22744258.jpg
La maison Michel est à vendre. M. M.

Aucune contestation au dernier conseil municipal, qui s'est déroulé dans une ambiance très sereine. Les points à l'ordre du jour ont été adoptés à l'unanimité.

Concernant les finances, seule la décision modificative n° 2 du budget général 2013 a offert un intérêt. Le maire, André Geoffroy, a d'ailleurs souligné que, compte tenu de la conjoncture, il était indispensable d'effectuer des économies et de chercher, pour la commune, de nouvelles trésoreries.

En conséquence, la maison Michel acquise par la municipalité il y a quelques années, sur la place Jean-Aicard, ne présente plus un investissement viable, eu égard aux énormes travaux de rénovation nécessaires. Le projet de l'utiliser pour l'accueil d'enfants du centre aéré a été abandonné.

 

Elle sera donc mise en vente après l'évaluation des Domaines.

Le projet du futur centre aéré n'est pas abandonné pour autant, avec le projet d'acquisition de la propriété cadastrée AH n° 83, d'une superficie de 9 889 m2 (près des ruines du château des Forbins et de la table d'orientation), où, là-aussi, l'évaluation des Domaines sera prédominante.

Il est vrai que le site, pour les enfants est vraiment adapté. Tous les autres points relativement secondaires, n'ont fait l'objet d'aucune objection.

 

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.