Rubriques




Se connecter à

Le père Florini présente un pétillant cola 'd'aqui"

Après le pastis de Nice, le whisky de la Madone d'Utelle, ou encore l'Anisette d'aqui, voici… lou Cola d'aqui, ou Azur cola 06.

Yann Delanoë Publié le 02/07/2015 à 14:35, mis à jour le 02/07/2015 à 15:08
Après le pastis de Nice, un pétillant cola b - 29733999.jpg
Le père Florini et sa nouvelle création. Sébastien Botella

Après le pastis de Nice, le whisky de la Madone d'Utelle, ou encore l'Anisette d'aqui, voici… lou Cola d'aqui, ou Azur cola 06.

Il semble que l'inspiration divine n'ait pas quitté le père Gil Florini, qui vient encore d'inventer une spécialité qui pourrait (une fois de plus) faire le buzz.

Cette fois, c'est une sorte de cola local que le prêtre a mise au point, et qu'il a présentée la semaine dernière.

 

"Il y avait toujours quelques râleurs pour me reprocher le fait que chacune de mes créations était à base d'alcool. Alors, cette fois-ci, j'ai cherché à faire quelque chose de soft, sans alcool…", raconte Gil Florini.

"Que ça reste local, mais que ce soit original…"

Ce qu'il a eu toutes les difficultés à faire : "Dans notre région, il n'y avait pas tellement de possibilités… Je voulais que ça reste local, mais que ce soit original…" 

Finalement, lui vient une idée pétillante : "Ce n'est pas que j'ai un goût immodéré pour le cola… Mais c'est une sorte de sirop, auquel on ajoute de l'eau et des bulles… C'était jouable !"

 

Une idée qui ne s'est pas concrétisée par la simple opération du Saint-Esprit : après un long travail de réflexion et de recherche sur le cola, il a fallu trouver qui allait le faire… "Car évidemment, ce n'est pas moi qui, la nuit, écrase le cola avec les pieds, et souffle dans l'eau pour y mettre les bulles !",sourit Gil Florini.

Il débusque un artisan fabricant d'arômes à Cannes pour mettre en œuvre sa recette niçoise. "C'est lui qui fabrique le sirop de base, avec la plante de cola."

Reste à ajouter l'eau et le gaz, et à embouteiller. "Ça par contre, ça se fait loin de Nice,avoue l'homme (d'affaires) d'église.Dans le Limousin !"

Ce sera artisanal

Un choix qu'il a été obligé de faire : "Il n'y a que deux endroits pour ça. L'un à Cholet [Maine-et-Loire], mais c'était pour de grosses quantités, sans ajustements possibles. L'autre, dans cette petite entreprise artisanale de quatre personnes du Limousin. Si on veut faire le choix de plus ou moins de gaz, ou de plus ou moins de sucre, quelque chose qui soit fabriqué sur mesure, c'était là… L'avantage, c'est que c'est artisanal, on sait qui le fait, on sait ce qu'il y a dedans…"

 

Mais qu'y a-t-il dedans ? "Du cola, qui est une plante, du caramel pour la couleur… Car, pour être répertoriée comme cola, il faut que la boisson ait une couleur bien précise, définie par… l'Europe !"

La Lim'azur également lancée

Ce qui le différencie d'un bon vieux cola? Il est un peu plus doux, mais pas plus sucré. "Il est même moins sucré, et a moins de bulles. Je l'ai fait goûter autour de moi… Les enfants l'aiment beaucoup. C'est moins agressif que d'autres sodas." Un cola qui n'est qu'amour, donc.

De quoi rivaliser avec le sacro-saint Coca ? "Surtout pas ! Ce n'est pas le but… On voudrait garder une production artisanale."

Pour l'instant, seules 5.000 bouteilles, au prix de 2,20 euros chacune, sont prêtes.

Mais le cola n'est que la bulle qui cache le soda: Gil Florini a aussi lancé le même jour la Lim'azur, "limonade au goût d'antan aux zestes de limette et de citron, avec du sucre".

 

Mais aussi, un jus de pomme, aux ingrédients naturels, "mais pas bio, ni light, ni quoi que ce soit. Quand on en boit deux gorgées, on prend deux à trois kilos", plaisante Gil Florini.

Et le prêtre n'a pas attendu que d'autres idées lui tombent du ciel: il en a déjà concrétisées d'autres. "Après les softs, à la rentrée prochaine, on vous présentera d'autres alcools, n'ayez crainte !"

Car le père Florini, depuis des années, multiplie les produits et les spécialités, qu'il vend pour financer ses bonnes œuvres.

Après les biscuits, les confitures, les alcools, voilà les sodas. Une véritable église à gaz.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.