Rubriques




Se connecter à

Le père de Dewi, placé en garde à vue pour soustraction de mineur

Le père du petit Dewi, retrouvé ce samedi 31 juillet, a été placé en garde à vue.

La rédaction Publié le 31/07/2021 à 20:26, mis à jour le 31/07/2021 à 20:26
Illustration / Gendarmerie Photo J.-F. O.

Le petit Dewi, huit ans, a été retrouvé ce samedi 31 juillet, dans l'après-midi sain et sauf à Plouaret (Côtes-d'Armor) en compagnie de son père qui l'avait enlevé la veille à Lannion et qui a été placé en garde à vue, a annoncé le parquet de Saint-Brieuc.

"Les renseignements collectés auprès de témoins grâce au dispositif alerte enlèvement, en permettant de préciser et circonscrire le périmètre des recherches, ont contribué à l'issue positive de cette affaire", s'est félicité le procureur de la République Bertrand Leclerc, dans un communiqué de presse.

Le 25e dispositif alerte enlèvement depuis 2006

Signalé à Tréguier, à l'est de Lannion, chez une connaissance qui a alerté les gendarmes, le père, âgé de 38 ans, "a été contraint d'abandonner son véhicule et de s'enfuir à pied avec l'enfant", selon le procureur. Les premières vérifications opérées à ses adresses connues étant restées vaines, et après des recherches terrestres et aériennes infructueuses, le dispositif alerte enlèvement a été déclenché tôt samedi, pour la 25e fois depuis 2006 en France.

Selon le parquet, le père, qui a longtemps vécu dans l'errance, "avait mis en échec des tentatives d'accompagnement antérieures, ne collaborant pas à la mesure éducative et disparaissant sur de longues périodes avec le mineur, ainsi privé de soins adaptés et non scolarisé".

 

Interpellé sans résistance 


Depuis la dernière mesure de placement décidée en juin, il disait ressentir cette séparation "comme insupportable" tandis que son comportement plus rigide avait "alerté les services éducatifs".

Grâce à un renseignement, il a finalement été repéré samedi après-midi avec Dewi par la gendarmerie vers 15H00 dans la campagne près de Plouaret, avant d'être interpellé "sans résistance".

Il a été placé en garde à vue du chef de soustraction de mineur des mains de ceux qui exercent l'autorité parentale ou auxquels il a été confié, délit puni d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.