“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le père de Charlène de Monaco a "déjà ouvert" un compte épargne pour les jumeaux

Mis à jour le 18/11/2014 à 11:32 Publié le 17/11/2014 à 16:30
Couple princier monaco
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le père de Charlène de Monaco a "déjà ouvert" un compte épargne pour les jumeaux

Le père de Charlène de Monaco, Michael Wittstock, s'est confié au magazine Point de vue sur la naissance à venir des jumeaux de sa fille. Le futur grand-père a pensé à tout, notamment à leur créer un compte épargne.

Le père de Charlène de Monaco, Michael Wittstock, s'est confié au magazine Point de vue sur la naissance à venir des héritiers monégasques. Le futur grand-père a pensé à tout, notamment à leur créer un compte épargne.

L'ancien rugbyman est tout à la joie d'accueillir ses prochains petits-enfants. Dans les colonnes de Point de Vue, le beau-père du Prince Albert prévient pourtant: non, les petits monégasques n'auront droit à aucun traitement de faveur. "Je respec­te­rai le proto­cole, ma fille sait ça, mais ils seront trai­tés de la même manière que leurs cousins."

Michael Wittstock leur a donc ouvert un compte épargne, comme pour ses deux autres petits-enfants, crédité du même montant. "Ils ne manque­ront certai­ne­ment de rien, mais je tiens à les trai­ter de la même manière".

La Princesse Charlène, dont la grossesse avait été officialisée fin mai, donnera naissance aux jumeaux avant la fin de l'année.

>> LIRE AUSSI. Charlène de Monaco confirme attendre des jumeaux

 

 

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.